AFP

Federer a résolu une équation de plus et c'est tout bon pour lui

Federer a résolu une équation de plus et c'est tout bon pour lui

Le 22/01/2017 à 19:07Mis à jour Le 22/01/2017 à 19:10

OPEN D'AUSTRALIE – Roger Federer a éliminé coup sur coup Tomas Berdych puis Kei Nishikori pour rallier les quarts de finale à Melbourne. Une double satisfaction, d'autant que ces deux matches, à l'opposé l'un de l'autre, lui ont permis de répondre à diverses interrogations.

En l'espace de 48 heures, Roger Federer a levé une grande partie des doutes qui pesaient sur sa personne. Doutes légitimes, après tout. Après six mois d'absence, il n'était pas garanti que le Suisse, nonobstant son effarant pedigree, soit en mesure d'être aussitôt compétitif, surtout en reprenant la compétition par un tournoi du Grand Chelem. A croire qu'il n'est définitivement pas un animal comme les autres. Vainqueur de Tomas Berdych vendredi puis de Kei Nishikori dimanche, soit un top 10 et un top 5, le Suisse a apporté de sérieuses garanties.

Le plus intéressant, pour lui, c'est d'avoir été apte à résoudre deux équations de nature aussi différentes que celles proposées par le Tchèque et le Japonais. Vendredi, en essorant le malheureux Berdych en trois petits sets, Federer a pu constater, et nous avec lui, que son tennis avait toujours la faculté d'être étourdissant de qualité. Fluide, précis, efficace, il avait pu réciter sans anicroche sa partition. Reste que, paradoxalement, l'extrême facilité de sa victoire demandait à le voir dans un autre contexte, plus corsé, plus conflictuel. C'est exactement ce que Nishikori lui a servi.

Turbo contre Berdych, diesel face à Nishikori : mais deux victoires au bout

Dimanche, Federer a été contraint de s'engager dans des filières plus longues. Il a également été testé sur ses qualités défensives, tant Nishikori a parfois pris l'échange à son compte. Il lui a fallu, surtout, surmonter une entame de match douloureuse. Pris à la gorge d'entrée, il s'est rapidement retrouvé avec un double break dans le gosier. "Il a fait un super début de match, je ne m'attendais peut-être pas à le voir aussi bon aussi tôt dans la partie, a admis le Bâlois. Je n'ai pas été loin de prendre 6-0 puisqu'il a mené 4-0, 15-30. Je me suis retrouvé à courir tout de suite après le score, mais c'est justement intéressant d'avoir pu revenir."

Loin de sa totale aisance du troisième tour contre Berdych, Federer a dû chercher son propre rythme. Mais jamais il ne s'est affolé, comme s'il avait été convaincu de pouvoir tôt ou tard prendre le contrôle de ce match. Comme souvent depuis le début du tournoi, il a aussi pu s'appuyer sur son service. "J'ai été très bon dans ce domaine ce soir (dimanche) et contre Kei, il le fallait absolument. Je suis très satisfait de ça. Mais aussi du rythme que j'ai pu avoir dans le jeu de fond de court", explique-t-il.

Désolé, cette vidéo n'est plus disponible

" "Plein d'énergie dans le cinquième set" "

Mais sa plus grande satisfaction, c'est probablement d'avoir été capable de tenir cinq sets sans sourciller au plan physique. Il se sentait prêt, mais seule la pratique d'un match d'une telle intensité, face à un adversaire de ce niveau, pouvait lui permettre d'en avoir le cœur net. "C'était la question, a-t-il concédé après le match. Est-ce que j'allais pouvoir tenir jusqu'à la toute fin du match contre Kei ? J'ai été capable de faire ça, alors je suis super content. A vrai dire, dans le cinquième set, j'avais plein d'énergie, je me sentais vraiment bien."

Voilà pourquoi la perte du quatrième set ne l'a pas alarmé plus que ça. "Quand il a breaké dans le quatrième, je me suis dit 'OK, allons-y pour le cinquième, pas de problème pour moi'", s'amuse Federer. Il est même bluffant de voir un joueur de plus de 35 ans accepter une telle cadence en Grand Chelem après avoir été sevré du rythme de la compétition pendant un semestre entier.

D'une certaine manière, l'enchainement de cette victoire en trois sets si "facile" et de cette autre (au passage, sa 200e sur un membre du Top 10 depuis le début de sa carrière) en cinq manches après un vrai combat, c'est presque le scénario idéal pour Federer. Bien sûr, les efforts laissent des traces mais il avait dépensé un minimum d'énergie avant ce huitième de finale, et s'il a joué cinq sets dimanche, le match n'a duré "que" 3h23, ce qui n'est guère excessif pour cinq sets. Bref, c'est du tout bon pour l'homme aux 17 titres du Grand Chelem.

Désolé, cette vidéo n'est plus disponible

Ne pas tomber dans le panneau Melzer

Après cette première semaine idéale, il aurait dû, en toute logique, se retrouver face à Andy Murray, le glouton des six derniers mois. Il aurait fait figure de super outsider, au vu de leur trajectoire respective depuis l'été dernier. Mais le numéro un mondial, en trébuchant de façon aussi inattendue que spectaculaire contre Mischa Zverev, a changé la donne. "C'est surprenant, c'est certain, a prudemment avancé Federer. Ce n'est pas l'adversaire que l'on pouvait attendre, mais ce sera difficile et c'est un piège, voilà mon état d'esprit".

Pas question de tomber dans un panneau trop grand pour lui. Mais là encore, ce sera une autre équation. "C'est un gaucher, ce sera un peu comme contre Melzer au premier tour, juge-t-il. Lundi, je vais m'entrainer avec un gaucher. Ce sera très différent en tout cas des deux derniers matches." Mais au-delà des spécificités de ses tours successifs, Roger Federer s'achète victoire après victoire un autre bien précieux que sa longue absence aurait pu effriter : de la confiance. Il se sent légitimement plus fort et serein qu'il y a huit jours. "Je crois en mes chances, prévient-il. Je joue du bon tennis, je trouve même que je joue de mieux en mieux, et mon corps réagit bien." Voilà comment ce qui semblait presque impossible avant le début de ce tournoi devient envisageable à défaut d'être (pour l'instant) redevenu probable…

Roger Federer après sa victoire en huitième de finale contre Kei Nishikori.

Roger Federer après sa victoire en huitième de finale contre Kei Nishikori.AFP

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0