L'imbroglio se poursuit et les prises de parole s'enchaînent. Le visa de Novak Djokovic a été annulé pour la deuxième fois vendredi, mais la justice australienne a accepté de surseoir à l'expulsion de la superstar non vaccinée contre le Covid, à quelques jours du coup d'envoi de l'Open d'Australie. Invité à commenter les événements en conférence de presse à Sydney où il a atteint la finale, Andy Murray a estimé que la saga n'avait déjà que trop durer.
"Je ne vais pas rester là et commencer à frapper Novak alors qu'il est à terre. On a juste l'impression que ça traîne depuis un bon moment maintenant, et ce n'est pas génial pour le tennis, pas génial pour l'Open d'Australie, pas génial pour Novak", a déclaré l'actuel 135e mondial. "Je veux juste que tout soit résolu. Je pense que ce serait bien pour tout le monde si c'était le cas", a ajouté l'Ecossais.
Open d'Australie
Un départ en trombe pour Monfils face à Coria : les temps forts en vidéo
IL Y A UNE HEURE

Favorable à la vaccination, Murray reconnaît la liberté de choix de Djokovic

Le triple vainqueur en Grand Chelem a raconté que lorsqu'il était allé se faire vacciner, l'infirmière de son hôpital local en Grande-Bretagne lui avait dit que "toutes les personnes qui sont aux soins intensifs et sous respirateur sont toutes des personnes non vaccinées".
"Pour moi, il est donc logique que les gens aillent de l'avant et se fassent vacciner", même si les gens devraient être libres de prendre leurs propres décisions, a-t-il encore poursuivi.
Open d'Australie
Nadal lance sa quinzaine par un sans-faute
IL Y A UNE HEURE
Open d'Australie
Un appel au secours : Berrettini réclame de l'Imodium pour calmer ses problèmes d'estomac
IL Y A 2 HEURES