Novak Djokovic avait des choses à dire mercredi. Pas forcément au sujet de sa défaite sans appel face à Daniil Medvedev (6-3, 6-3), qui place pourtant le numéro un mondial dans une position délicate avec un match à quitte ou double face à Alexander Zverev pour une place en demi-finale du Masters. Le Serbe voulait surtout parler politique après avoir annoncé que l'ATP refusait son retour au Conseil des joueurs parce qu'il faisait déjà partie d'une autre association, la PTPA (Professional Tennis Players Association). "La règle votée par le board de l’ATP la nuit dernière ne permet pas à un joueur de faire partie à la fois du conseil des joueurs et de toute autre organisation dans l’écosystème du tennis", a-t-il indiqué.

Profitez de notre offre Black Friday pour vous assurer de ne manquer aucun moment des Masters 2020 !

Open d'Australie
Nadal ado guerrier, Staninmal, abandon en finale : Le Top 50 des matches de l'Open d'Australie
IL Y A 4 HEURES

Djokovic a d'abord expliqué qu'il n'avait pas demandé lui-même à retrouver sa place au sein de ce Conseil, dont il avait démissionné il y a trois mois pour fonder la PTPA avec Vasek Pospisil, et qu'il en était de même pour le Canadien. "Je vois que l’on écrit à propos de ma candidature pour faire partie du Conseil, ce qui n’est pas vrai, a-t-il insisté. J’ai été nominé par les joueurs et c’est comme cela que ça fonctionne. Je n’ai pas agi de manière proactive. Vasek (Pospisil) non plus. Tous deux, nous avons été nominés par un large panel de joueurs. Pour moi, c’est un signe fort et bien sûr, je me sens responsable et honoré de pouvoir représenter les joueurs."

"Ce n'est pas parce que Nadal ne parle pas en public comme Djokovic qu'il n'agit pas en coulisses"

Mais c'est surtout du motif de ce refus que le Serbe souhaitait parler. Et exprimer sa déception de voir l'ATP estimer qu'un joueur ne pouvait pas faire partie de deux associations en même temps. "Je ne vois pas de conflit de quelque nature que ce soit à être partie à la fois de la PTPA et du conseil des joueurs de l’ATP, a-t-il expliqué. Je ne le voyais pas non plus en août quand la PTPA a été fondée. Avec cette règle, c’est un message fort de l’ATP qui ne veut pas de la PTPA dans le système et aucun joueur impliqué au conseil et à la PTPA en même temps. C’est vraiment dommage de voir une telle position adoptée par l’ATP. Mais ok, maintenant nous savons où nous en sommes."

Tennis
"Il faut que je fasse le dos rond" : au creux de la vague, Gaston veut se réfugier dans le travail
IL Y A 15 HEURES
Tennis
Clément-Grosjean, le plus grand duel franco-français en Grand Chelem ? Notre Top 10
IL Y A 15 HEURES