AFP

Vainqueur de Juan Martin Del Potro en finale, Andy Murray conserve son titre olympique

Murray double la mise et réussit une sacrée première

Le 15/08/2016 à 01:59Mis à jour Le 15/08/2016 à 07:30

JO RIO 2016 - Andy Murray est devenu le premier joueur à conserver son titre de champion olympique, dimanche à Rio. Le Britannique, sacré à Londres en 2012, est venu à bout de Juan Martin Del Potro en finale après un immense combat en quatre sets (7-5, 4-6, 6-2, 7-5), remporté en 4h02.

Andy Murray entre un peu plus dans l'histoire des Jeux. Vainqueur de Juan Martin Del Potro en finale du tournoi olympique, en quatre manches (7-5, 4-6, 6-2, 7-5), dimanche à Rio, le Britannique est devenu le premier joueur de l'histoire à conserver son titre. Vainqueur à domicile à Londres, il y a quatre années, l'Ecossais, magnifié par le retour d'Ivan Lendl à ses côtés, a parachevé au Brésil un début d'été parfait.

Vainqueur au Queens en juin, de son deuxième Wimbledon début juillet, puis désormais du tournoi olympique, celui qui l'avait définitivement lancé dans la cour des grands et sur le chemin de son premier Grand Chelem en carrière à Flushing en 2012, le Britannique a tenu son rang tout au long de cette semaine olympique. Malgré des matches remportés au forceps, en huitième de finale face à Fabio Fognini et en quarts face à Steve Johnson, le numéro 2 mondial a montré un niveau digne de sa très bonne année 2016.

Le rêve olympique de Juan Martin Del Potro a lui pris fin. De manière brutale et implacable. Malgré une semaine quasi parfaite, où il s'est offert le scalp du numéro 1 mondial Novak Djokovic au 1er tour et de Rafael Nadal en demi-finale, l'Argentin n'a pas tenu la distance dans cette finale marathon, qui a duré plus de quatre heures (4h02). Fatigué par ce combat de titans, le natif de Tandil a rendu les armes en fin de quatrième manche, où il n'est pas arrivé à conclure à 5-4 sur son engagement.

Murray a tout bien fait lors de la finale

Tout s'est joué dans cette quatrième manche. Complètement folle et ponctuée de cinq breaks lors des cinq premiers jeux, elle a été à l'avantage de l'Argentin qui n'a pas rechigné à aller au charbon pour refaire son retard. Souvent gêné par Murray, qui a principalement joué dans sa diagonale de revers, le 145e joueur mondial s'en est remis à son coup droit d'Hercule pour repousser l'Ecossais derrière sa ligne et l'assommer. Il a claqué 39 coups gagnants dimanche, mais Murray, et ses 46 coups gagnants, ont fait mieux.

Capable de confirmer son troisième break à 4-3, Del Potro, qui a donné de gros signes de fatigue et qui a fait appel au kiné pour soigner ses cuisses lourdes, a finalement calé au moment de servir pour revenir à deux manches partout à 5-4. Après avoir sauvé une première balle de match sur son service à 5-6, il a finalement capitulé, à bout de forces. Juste avant, il s'était encore procuré deux balles de break sur le service de l'Ecossais, sans pouvoir les convertir.

La semaine où Del Potro est redevenu un joueur de tennis

Il a peut-être manqué un cinquième set à cette finale pour la faire basculer en un moment d'anthologie. Impassible, Murray a trop bien fait les choses pour laisser un véritable espoir de retour à sn rival. S'il n'a pas réussi à rattraper son retard dans le deuxième set, il a maîtrisé de main de maître le troisième, qui a été la pierre angulaire de son succès.

Pratiquement mis à la casse par ses problèmes au poignet gauche lors des deux dernières années, Juan Martin Del Potro va quitter le Brésil avec une deuxième médaille olympique dans son escarcelle. Déjà vainqueur du bronze face à Novak Djokovic à Londres, il a cette fois ajouté une médaille d'argent à son palmarès. Cette semaine olympique, celle où il a transformé l'impossible en possible, a été celle de sa véritable renaissance. Si Andy Murray a constitué un vainqueur logique et implacable, Del Potro a lui gagné la médaille du coeur. Cette breloque, elle n'offre aucun palmarès, elle n'existe pas vraiment, mais elle lui va comme un gant.

0
0