ROLAND-GARROS - SIMPLE MESSIEURS Demi-finale

Rafael Nadal (Esp, 2) bat Ivan Ljubicic (Cro, 4) 6-4, 6-2, 7-6 (9/7)
Face-à-face : 3-1 pour Nadal. Prochain adversaire : Federer
REVIVEZ LE FILM DU MATCH

Roland-Garros
Jouanno vote Auteuil
03/12/2010 À 15:46

Un oeil noir qui vibre du premier au dernier point, un bras gauche qui ne faiblit jamais, une surmotivation de tous les instants... Rafael Nadal n'est peut-être pas un poète, mais ce joueur a toutes les répliques prêtes dans sa raquette. Pour sa deuxième participation à Roland-Garros, l'Espagnol a su sortir son meilleur tennis en demi-finale face à Ivan Ljubicic, privant ce dernier de sa première finale de Grand Chelem après trois sets et moins de trois heures de jeu. Mais il permet indirectement d'offrir une finale que tout le monde espérait : entre Nadal et Federer, les deux meilleurs joueurs du monde.

Après un quart de finale expédié en deux sets après l'abandon Novak Djokovic, Rafael Nadal a eu le temps de récupérer un peu dans ce marathon de quinze jours. C'est donc fringant et plus déterminé que jamais qu'il se présentait face au placide Ivan Ljubicic, qui jouait sa première demi-finale de Grand Chelem en carrière.

"J'ai mis beaucoup de temps à m'adapter"

Si le Croate est de sept ans son aîné, Nadal a déjà toute l'expérience pour gérer l'enchaînement des matches à Roland-Garros. Ce que peut-être Ljubicic connaît moins. Comme à son habitude, Ivan entre sans s'énerver dans cette rencontre, tout en claquant des services à 200km/h. Une donnée qui n'impressionne pas Nadal, le premier à breaker dans cette rencontre. Par deux fois, l'Espagnol s'empare de la matière première du Croate en l'espace de 30 minutes. Malgré un sursaut à 4-1, où il signera son unique break du match, Ljubicic ne relèvera pas la tête.

En 1h44 de jeu, Nadal empochera les deux premières manches de la même manière : en breakant le premier. Mené deux sets à rien et contré à trois reprises, le Croate sort un peu la tête de l'eau dans la troisième manche. "J'ai mis beaucoup de temps à m'adapter au service aujourd'hui, analyse Ljubicic. Il n'y a qu'au troisième set où j'ai servi beaucoup mieux et plus intelligemment." Même abattu, sans montrer de signes d'énervement, il tient sa mise en jeu jusqu'à arracher un tie-break.

"Si j'avais réussi ce coup..."

Un jeu décisif qui lui a souri avant de lui faire la grimace. Ayant réalisé le mini-break pour mener 4-2, le Croate est pris d'un instant de folie : se sentant à l'aise au service, Ivan tente alors l'impossible : un ace sur seconde balle. Mais claquée à 215 km/h, la balle atterrit dans le mauvais carré de service... "Si j'avais réussi ce coup, tout le monde m'aurait dit que c'était génial", assure-t-il. Mais le constat de cette prise de risque est implacable : revenu à égalité, Nadal accaparera le tie-break, et la rencontre sur sa troisième balle de match.

Invaincu sur terre battue, le Majorquin reste fidèle à sa réputation de battant en remportant sa 59e victoire consécutive sur terre battue et se qualifiant pour sa deuxième finale consécutive à Roland-Garros. Pour un match qui uniront les deux meilleurs joueurs de la planète pour la septième fois de suite. Avec à la clé : soit une 6e victoire sur Federer, une 60e victoire sur terre battue et un deuxième sacre à Paris ; soit le premier titre à Roland-Garros de Roger Federer et un petit Chelem au bout...

Roland-Garros
Entre records et regrets
12/06/2006 À 12:15
Roland-Garros
Nadal : "Une saveur particulière"
12/06/2006 À 12:10