Qu'est-ce qui vous rendez nerveuse au début de la rencontre ? Le jeu de Kim ou votre état de forme ?

J.H-H. : "Jouer une demi-finale de Grand Chelem, vous savez, non vous ne savez pas ! Ce n'est pas si simple, fatalement, il y a beaucoup de tension, ce sera pareil samedi et, heureusement que la nervosité est là. Il faut pouvoir la transformer en quelque chose qui vous pousse vers l'avant et pas quelque chose de négatif. Vous le construisez, j'ai envie de continuer à le construire jusqu'à samedi."

Roland-Garros
Jouanno vote Auteuil
03/12/2010 À 15:46

Vous étiez face à un point de break au deuxième set contre quelqu'un qui renvoie très bien. Cela a été votre meilleur point ?

J.H-H. : "J'ai été très régulière, il y a eu un point clé, j'ai bien servi sur ces points, j'étais attaquante et ai bien joué les points importants. Lorsque j'ai fait le break à 5/3, au premier set, cela a été un bon moment. Quand au deuxième set, je n'étais pas très agressive, mais elle a commencé à faire des fautes. Je me suis dit que je la laisserai jouer, car elle a commencé à faire quelques erreurs et j'étais assez maligne pour juste renvoyer la balle de la meilleure manière possible. J'ai joué la défense, ma défense était bonne, je suis monté au filet et je suis heureuse de la manière dont j'ai joué."

Pouvez-vous parler de la différence entre le moment où vous vous entraîniez très dur et là, où c'est plus souple par rapport à l'efficacité sur terre battue ?

J.H-H. : "J'en ai parlé beaucoup, tout le monde sait que j'ai changé d'optique. Je travaille plus sur la récupération, la qualité, pas forcément moins dur, mais plus intelligemment que dans le passé. Je sais qu'à 24 ans, si je veux durer, je dois prendre soin de mon corps, prévoir des semaines de repos, voilà. J'ai pas mal travaillé mon endurance, énormément mon jeu de jambes, ce qui était ma grande force quand je travaillais avec Pat et on continue dans ce sens."

"Pour le reste, la majorité se passe dans la tête. Il faut avoir l'envie, la motivation et faire les choses de manière plus sensée que je ne les ai faites dans le passé. Cela n'empêche pas que les résultats ne soient pas au rendez-vous, au contraire, c'est donc très positif."

Vous êtes la favorite pour ce tournoi de Roland Garros. Cela signifie-t-il quelque chose pour vous ?

J.H-H. : "Je n'aime pas parler en terme de favoris. C'est ce qui est écrit sur le papier, mais sur le court, c'est un autre histoire. Vous vous trouvez face à quelqu'un qui veut exactement la même chose que vous."

"Dans une finale du Grand Chelem, c'est une pression différente. L'atmosphère est très particulière. Je ne peux pas préjuger l'issue de samedi. Je veux remporter le titre, c'est évident, tout comme elle. Mais ce serait trop simple d'anticiper et de prévoir ce qui va se passer. Je dois avoir confiance en moi et la meilleure gagnera. Nous verrons bien. Pour l'instant, je dois me concentrer sur la tâche que j'ai à accomplir. Il faut que je récupère, que je me prépare bien pour samedi."

Pensez-vous que Svetlana a changé, qu'elle est devenue beaucoup plus confiante que l'an dernier ?

J.H-H. : "J'ai joué contre elle à Berlin il y a quelques semaines. Nous nous sommes vraiment battues. Je devais jouer mon meilleur tennis pour gagner. Je sais quelle est très motivée, c'est une remarquable joueuse, elle a déjà remporté une victoire au Grand Chelem. Elle a l'expérience qu'il faut aujourd'hui, ce sera un match difficile. Je sais que je vais devoir jouer mon meilleur tennis si je veux gagner."

"Nous avons toujours eu des parties très disputées, surtout sur terre battue. Je crois qu'elle a un très bon coup droit. Elle a prouvé, une fois de plus aujourd'hui, que c'était une vraie lutteuse. Elle est revenue dans le match, alors qu'elle perdait 3/5. Je suis certaine qu'elle veut jouer pour se venger de ce qui s'est passé l'an dernier."

Roland-Garros
Entre records et regrets
12/06/2006 À 12:15
Roland-Garros
Nadal : "Une saveur particulière"
12/06/2006 À 12:10