Eurosport

Djokovic attend son heure

Djokovic attend son heure
Par Eurosport

Le 30/05/2007 à 12:00Mis à jour

Novak Djokovic a passé le premier tour de Roland-Garros avec l'assurance de ceux qui visent la victoire. Le Serbe joue le Français Laurent Recouderc, issu des qualifications, au deuxième tour. Entre ambitions et discours bien rôdé, le "Djoke" commence à f

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

"J"ai gagné en trois sets, c"est l"essentiel" . Comme les footballeurs qui martèlent tout au long de la saison qu"il faut prendre chaque match l"un après l"autre, et que seuls les précieux trois points comptent, Novak Djokovic se veut d"une prudence toute médiatique lors de ces conférences de presse. Il faut dire que cet amateur de foot qui arbore pendant les tournois les maillots de club du lieu, dernier en date Benfica.

Mercredi, le N.5 mondial a évité le piège trop visible d'un premier tour incertain. "Je ne le connaissais pas. J'ai dû me mettre dans le rythme, rester calme et concentré."

Fort d'une progression fulgurante cette saison, où il a déjà dépassé à mi-saison ses objectifsde fin de saison (top 5 aujourd'hui quand il visait le top 10), Novak peut se lancer dans une longue tirade que ne renierait pas les vieux briscards du circuit : "Vous savez, il faut respecter et se méfier de ces premiers tours, les qualifiés viennent de remporter trois matches et ils méritent que l'on se méfient d'eux."

Djokovic, sage ou sauvageon ?

Son prochain adversaire sera un de ceux-là. En pire, disons en moins connu : Laurent Recouderc, jeune Toulousain qui s'est déjà usé sur les circuits mineurs, vient d'enchaîner quatre victoires dont une au premier tour face à Sam Querrey. Une perf' dont il pourra se vanter longtemps car ce dernier est un espoir américain.

"La semaine dernière, quand j'ai vu le tableau, j'étais content ", a lancé Djokovic au soir du premier tour. Mais je me méfie. Le nouveau statut du Serbe semble lui donner du recul. Lui qui n'hésite pas à faire valoir ses ambitions sur le circuit, à se nommer arbitre du duel Federer-Nadal, le voilà surplombant le bas de tableau comme un aigle.

Et il n'a pas tout à fait tort. Derrière David Ferrer, la bataille fera rage entre les Andreev, Mathieu et autres Baghdatis. Quant à lui, il semble provisoirement à l'abri des crises de croissance à la Richard Gasquet ou Tomas Berdych, lequel a dégoupillé face à la régularité de son adversaire Guillermo Garcia-Lopez.

Créer la surprise

Reuters

Après un printemps magnifique (victoires à Miami et Estoril, finale à Indian Wells), il s'est hissé jusqu'au troisième rang mondial avant de baisser un peu à l'approche de Roland-Garros (6e).

A Paris, où il a déjà atteint les quarts de finale en 2006, il fait figure d'empêcheur de tourner en rond, étant l'un des seuls à pouvoir troubler le duel entre Roger Federer et Rafael Nadal.

"Il y a un petit groupe derrière eux qui peut créer la surprise. J'en fais partie"

Novak est pourtant le plus jeune de tous -il a 20 ans depuis une semaine- mais il possède une nette longueur d'avance sur ses copains de promotion, parmi lesquels Andy Murray, forfait cette année à Paris.

Federer et Nadal tremblent-ils à l'annonce du Little Big Djoke ? Pas encore, mais la victoire de Tipsarevic sur Safin annonce peut-être un autre tremblement de terre serbe...

0
0