Reuters

Safina-Kuznetsova, l'implacable affiche

Safina-Kuznetsova, l'implacable affiche
Par Eurosport

Le 05/06/2009 à 16:00Mis à jour

La finale dames de Roland-Garros opposera Dinara Safina à Svetlana Kuznetsova. Une affiche attendue tant les deux joueuses, déjà finalistes en 2008 et 2006, ont dominé la saison sur terre battue. Samedi, l'une d'elles deviendra la deuxième Russe à s'imposer à Paris après Anastasia Myskina en 2004.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

ROLAND-GARROS - Demi-finales dames

Dinara Safina (RUS, 1) bat Dominika Cibulkova (SLQ, 20) 6-3, 6-3

Svetlana Kuznetsova (RUS, 7) bat Samantha Stosur (AUS, 30) 6-4, 6-7(5/7), 6-3

"Je n'ai pas fait un bon match. J'étais perdue sur le court , a expliqué Dominika Cibulkova. J'ai fait beaucoup trop de fautes directes. J'ai pris peur et je n'ai pas osé jouer les lignes et du coup je ne l'ai pas assez fait bouger." La Slovaque n'a fait illusion que deux jeux face à la N.1 mondiale, les deux premiers du match qu'elle accapare en dix minutes. Dinara Safina réglant son jeu et calmant ses nerfs peu à peu, la Russe ne tarde pas à refaire surface pour enchaîner cinq jeux et prendre le premier set 6-3 sur sa cinquième occasion. Si elle a du mal à tuer le match, son adversaire l'aide en réalisant quasiment deux fois plus de fautes directes que de coups gagnants (21/11). La Slovaque rate en tout sept balles de break, là où Safina en remporte quatre. Présente au service avec 73% de premières balles, la Russe finit le travail en 1h41 de match et se hisse vers sa deuxième finale consécutive à Paris.

"Prouver que je mérite cette place"

"J'étais tendue, j'ai commencé trop doucement. Il faut que j'arrive à changer cette mauvaise habitude, lâchait Safina encore colérique sur le court ce jeudi. Je m'approche de la fin, je commence à devenir de plus en plus nerveuse. Mais j'ai malgré tout réussi à gagner en deux sets, même sans jouer mon meilleur tennis. Il me reste encore un match sur lequel je vais tout donner. J'aurais plus de pression que l'année dernière. Mais avoir déjà joué une finale ici va m'aider, j'espère faire un peu mieux et franchir la dernière étape." La N.1 mondiale a de quoi se rassurer en lisant ses statistiques parlantes : elle n'a perdu qu'un seul set en six matches... et un seul match depuis qu'elle est N.1 mondiale : la finale à Stuttgart début mai face à Svetlana Kuznetsova.

Un regain d'énergie plus tard, c'est après trois manches et plus de deux heures de jeu que Svetlana Kuznetsova retrouve Dinara Safina en finale après deux finales récemment jouées l'une contre l'autre (à Stuttgart et à Rome) où chacune des deux a décroché un titre. "Safina sera favorite, lance Kuznetsova. Mais il y a quand même quelques points positifs pour moi, notamment le fait que je l'ai déjà dominée sur terre battue. Il faut que j'aille sur le terrain pour prendre du plaisir. Après tout, ce n'est qu'un jeu." Paris, lieu du titre le plus prestigieux sur terre battue, sera là pour les départager. "Ce sera ma troisième finale du Grand Chelem, répète Safina. J'espère que ce sera la bonne. Depuis que je joue suis N.1 mondiale, je ne joue que des finales. Je ne sais pas ce qu'il me faut de plus pour prouver que je mérite cette place." Si elle s'impose samedi, elle sera la 7e joueuse N.1 mondiale de l'ère Open à s'imposer à Paris, deux ans après Justine Henin.

0
0