Panoramic

Jo-Wilfried Tsonga a finalement dû batailler mais le revoilà dans le dernier carré

Tsonga a finalement dû batailler mais le revoilà dans le dernier carré

Le 02/06/2015 à 20:07Mis à jour Le 02/06/2015 à 20:32

ROLAND-GARROS - En cinq sets (6-1, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3), Jo-Wilfried Tsonga a sorti Kei Nishikori en quarts de finale à Roland-Garros. Après 2013, le Français atteint pour la deuxième fois de sa carrière le dernier carré des Internationaux de France. Pour une place en finale, il affrontera Stan Wawrinka qui a expédié Roger Federer en trois manches.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Battling Jo avait du talent, du cran et du coeur. Mardi, dans un central bluffé, crispé puis libéré, Jo-Wilfried Tsonga a prolongé le rêve en se hissant en demi-finale de Roland-Garros. Après Tomas Berdych, le Français a sorti en quarts de finale le numéro 5 mondial Kei Nishikori en cinq sets (6-1, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3) en 3h47. Pour la deuxième fois en trois ans, le voilà donc dans le dernier carré du Grand Chelem parisien. Il y retrouvera vendredi Stanislas Wawrinka, ce qui s'annonce comme à peu près tout sauf une partie de plaisir. Mais ce qu'il accomplit dans cette édition 2015 est d'ores et déjà exceptionnel quand on sait d'où il revient.

Mais que de frayeurs... Comme contre Tomas Berdych en quarts, Tsonga a failli s'imposer en trois sets. Comme face à Berdych, il a d'abord dominé de la tête et des épaules son adversaire. Déboussolé, Kei Nishikori a totalement raté son entame de match, perdant cinq de ses six premiers jeux de service pour se retrouver mené 6-1, 5-2. Son revers, si brillant habituellement, l'avait complètement abandonné. Il en avait déjà raté dix quand Tsonga a commis sa première faute directe dans ce secteur du jeu au milieu du deuxième set. Tout roulait donc pour Jo. Et puis...

Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros - 2015

Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros - 2015AFP

"  Roland, je t'aime"

Et puis le Chatrier a perdu un morceau de son écran géant. Pas de blessés graves heureusement, mais l'interruption de la partie pendant plusieurs dizaines de minutes allait bouleverser la physionomie de ce quart de finale. A la reprise, Tsonga avait perdu son rythme et Nishikori retrouvé son jeu. Si le Manceau, breaké dès le début de ce deuxième match, a pu conclure le deuxième set non sans mal, on sentait bien que les débats avaient changé. Désormais, il y avait match puisque Nishikori venait de rentrer dedans.

Pourtant, les occasions n'ont pas manqué par la suite pour Jo Tsonga. A 4-4 dans le troisième set, il a bénéficié de trois balles de break aux allures de balles de match. Châtié pour ne pas les avoir converties, il a cédé son service et le set sur le jeu suivant. Puis rebelote dans la quatrième manche. Là encore, le Français a eu l'opportunité de s'emparer de la mise en jeu du Japonais. Trahi par son coup droit, il a à nouveau perdu son engagement dans la foulée, à 2-1. Il n'allait plus revoir Nishikori, malgré une nouvelle occasion de debreak en fin de set. Après plus de trois heures de baston et sur un Chatrier désormais intégralement baigné d'ombre et terriblement tendu, c'est au cinquième set que Tsonga dut chercher son salut.

Là, il a su faire preuve à la fois de sang-froid et de caractère. Il a pu s'appuyer sur une première balle retrouvée, lui permettant de gagner ses jeux de service relativement facilement. Son coup droit a retrouvé son punch, aussi. Du coup, assez logiquement, c'est lui qui a signé le break décisif dans le quatrième jeu. Solide derrière sur son service à l'image d'un ultime jeu parfaitement maitrisé, il a pu tomber à genoux pour savourer sa deuxième victoire en 48 heures sur un membre du Top 5. Après le coeur de Gustavo Kuerten, le central n'oubliera pas le "Roland, je t'aime" dessiné par son héros sur le court. Un amour réciproque.

0
0