Serena Williams a encore trouvé une porte de sortie. Retrouvant ses accents de 2015, l'Américaine a connu quelques sueurs froides, on l'a même cru au bord des larmes en fin de deuxième set puis, à l'image de l'édition précédente, elle a fini par déborder nettement Yulia Putintseva dans la partie finale de la rencontre, s'imposant après trois sets et un peu plus de deux heures de jeu (5-7, 6-4, 6-1). Poussée dans ses retranchements, la numéro 1 mondiale peut toujours rêver d'une 22e couronne historique en Grand Chelem.
Dans les frimas d'un court Philippe-Chatrier balayé par un vent digne d'une fin novembre et sous un ciel toujours aussi oppressant de grisaille, Serena a évité de subir l'affront de l'effrontée Putintseva. La jeune Kazakhe, de 14 ans la cadette de miss Williams, a joué avec un épatant culot. Le public du central, frigorifié, a trouvé un peu de chaleur dans le jeu la protégée de Roman Kislyanskiy et il s'est massivement rangé derrière elle. Et quand Putintseva a mené 7-5, 1-0, service à suivre, l'exploit est vraiment devenu envisageable pour la 60e mondiale.
Tokyo 2020
Les Grands Chelems, mais pas seulement : les soeurs Williams sont aussi au pinacle de l'Olympe
13/04/2021 À 11:28

Serena Williams a traîné mais accède aux demies : sa victoire en vidéo

Après Putintseva, une autre surprise attend Serena

Au fil du deuxième set, on a alors vu une Serena Williams proche de la panique, un peu comme lors de sa défaite contre Roberta Vinci en demi-finale de l'US Open. Ce quart de finale a semblé lui échapper, lui glisser entre les doigts, sans qu'elle puisse rien y faire. Mais sur un fil, l'Américaine a donc réussi à s'extirper de ce mauvais. Dans une fin de set ultra-tendue, Putintseva a craqué, commettant une double faute fatale sur la balle de set pour permettre à Williams de revenir à une manche partout.
Le plus dur était fait pour la tenante du titre, qui s'est irrésistiblement envolée dans le troisième set, menant 5-0 avant de s'imposer 6-1. Le coup n'est pas passé loin. Mais accrocher Serena est une chose. La terrasser en est une autre. Reste que Yulia Putintseva, 60e mondiale avant Roland-Garros, va grimper au 35e rang après son beau parcours. Et il ne faudra pas s'étonner de la retrouver beaucoup plus haut d'ici quelques mois. De son jeu à son tempérament, elle a les atouts pour cela.
Serena Williams va maintenant faire face à une autre joueuse qui ne figurait pas dans le Top 50 il y a 10 jours, à savoir Kiki Bertens. La Néerlandaise (58 à la WTA) a sorti Timea Bacsinszky en deux sets (7-5, 6-2), tête de série numéro 8. Elle avait déjà fait tomber Angelique Kerber (N.3) au premier tour. Méfiance, donc...

Comment Bertens a encore déjoué les pronostics contre Bacsinszky: les temps forts

Open d'Australie
Irrésistible Osaka
18/02/2021 À 05:11
Open d'Australie
Williams montre les muscles
16/02/2021 À 09:39