Getty Images

Andy Murray élimine Juan Martin del Potro en trois manches

A l'usure, Murray a eu raison du courage de Del Potro

Le 03/06/2017 à 15:50Mis à jour Le 03/06/2017 à 16:42

Juan Martin del Potro s’est battu comme un lion mais il a fini par céder et laisser Andy Murray filer en huitièmes de finale des Internationaux de France, samedi sur le court Philippe-Chatrier. L’Ecossais s’est imposé en trois manches face à l’Argentin, qu’il a vaincu à l’usure (7-6, 7-5, 6-0). Au prochain tour, le numéro 1 mondial défiera le vainqueur du match Isner – Khachanov.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

La scène a duré de longues secondes. Le temps qu’il reprenne son souffle et ses esprits. Et d’accepter que son coup droit avait bel et bien rebondi du mauvais côté de la ligne. Juan Martin del Potro est resté prostré sur le filet, tête sur les avant-bras. L’Argentin n’avait pas (encore) perdu le match. Juste la première manche. Mais quelle première manche. Une heure et vingt-sept minutes de combat qu’il a longtemps dominé avant de voir Andy Murray revenir sur ses talons et lui passer devant, opportuniste au possible. La partie a basculé à cet instant. Même si la Tour de Tandil est restée debout jusqu’au bout, elle n’a pu repousser les assauts du numéro 1 mondial qui a remporté la mise à l’usure (7-6, 7-5, 6-0).

On sort rarement heureux d’un court de tennis quand on vient d’y rendre les armes. Mais Juan Martin del Potro ne peut qu’être fier de ce qu’il a accompli face à Andy Murray, samedi sous le ciel menaçant de la capitale. Le Philippe-Chatrier, qui avait pris fait et cause pour lui, n'a pas oublier de le remercier. D'une standing ovation et en lui envoyant des "DelPo" à n'en plus finir. Diminué physiquement par une blessure aux adducteurs, contractée au tour précédent face au malheureux Almagro, et des "restes" de ses soucis au dos et à l’épaule, la tête de série numéro 29 ne méritait pas autre chose.

L'Argentin a décliné au fil de la partie mais s'est comporté comme un guerrier, de A à Z. Du premier au dernier jeu, durant lequel, mené 5-0 par Murray, il a joué comme un lion, comme si la victoire était encore au bout de sa raquette.

Plein les bottes

Juan Martin del Potro pouvait-il gagner ce match ? Il aurait pu, à condition de remporter le premier set qui, au final, s'est révélé un véritable crève-coeur pour lui. Parce qu'il a fait vaciller Murray d'entrée, lui chipant sa mise en jeu dès le troisième jeu du match (2-1). Le vainqueur de l’US Open 2009 ne lâchait rien... jusqu’au dixième jeu, que Murray s’est offert, revenant in extremis à hauteur (5-5). La manche s’est terminée dans un tie break acharné, remporté 10-8 par Murray qui aura, entretemps, effacé quatre balles de set argentines.

Del Potro en avait déjà plein les bottes mais le coeur aussi gros que son courage, il s'est accroché jusqu'à rattraper un break concédé d'entrée dans la seconde manche (2-1) au moment opportun (5-5). Un peu comme Murray durant la manche initiale. Mais, à la différence du Britannique, il n'a pas su conclure. Et a été puni dans la foulée (7-5). Mené 2 sets à rien, l'Argentin n'a pas été moins poussé par le Chatrier mais c'en était trop pour lui. Murray a terminé le travail, impitoyable (6-0). Cinq ans après sa dernière visite à Roland, del Potro a pu se rendre compte que personne ne l'avait oublié. Et combien il avait manqué à Paris, qui n'attend qu'une chose : le revoir l'an prochain.

Juan Martín del Potro

Juan Martín del PotroImago

0
0