Getty Images

Carreno Busta face à Nadal : "Je vais prendre du plaisir, apprendre, et si je peux gagner..."

Carreno Busta face à Nadal : "Je vais prendre du plaisir, apprendre, et si je peux gagner..."
Par Eurosport

Le 05/06/2017 à 23:43Mis à jour Le 06/06/2017 à 23:53

ROLAND-GARROS 2017 – Auteur d'un remarquable début de saison, Pablo Carreno Busta est un invité pas si surprenant en quarts de finale, le premier de sa carrière en Grand Chelem, où il n'avait encore jamais dépassé le troisième tour. Mercredi, il s'attaque à l'impossible : battre Rafael Nadal, sur le court Philippe-Chatrier. Il y croit. Il essaie, en tout cas.

Pablo, vous avez vécu un huitième de finale éprouvant et fort en émotions contre Milos Raonic. On vous a même vu pleurer lors de votre interview d'après-match…

P.C.B. : J'ai pleuré de joie, pas parce que j'étais triste ! J'ai été submergé par l'émotion, oui. C'était un très beau match, splendide, mais très long. Le final était un peu dramatique, beaucoup de choses me sont passées par la tête. Je ne savais pas trop comment gérer toutes ces émotions. Le fait de pleurer m'a permis de les évacuer. Mais je n'avais rien prémédité, je vous le promets !

C'est votre premier quart de finale en Grand Chelem, c'est une forme de récompense aussi, non ?

P.C.B. : Oui, c'est gratifiant, c'est une forme de libération aussi. Tout le travail fourni paie. Cette victoire justifie tous les efforts fournis. J'étais heureux pour moi à la fin mais aussi pour mon staff et ma famille. Malheureusement, les proches ont dû partir pendant le troisième set, ils avaient un avion à prendre pour les Asturies. J'aurais voulu partager ça avec eux et ils m'ont manqué à la fin, même si c'était bon de vivre ça avec mes coaches.

Vidéo - 4 heures, 5 sets et 7 balles de match : Carreno Busta a bataillé pour éliminer Raonic

03:39

Maintenant, vous êtes en quarts de finale, ce sera sur le Chatrier, contre Nadal...

P.C.B. : Je prends ça comme une grande opportunité de continuer à créer ma propre histoire. Ce n'est pas évident, mais c'est ce que j'essaie de faire. Je me souviens avoir joué contre Federer sur le central (NDLR : au 1er tour, en 2013) et j'avais beaucoup aimé. Là, évidemment, c'est un quart de finale, contre Rafa, qui a tant gagné sur cette surface...

Pensez-vous que vous aurez récupéré de vos efforts ?

P.C.B. : Il faut que je récupère physiquement mais aussi que je me remette de mes émotions. Et j'espère arriver sur le court aussi enthousiaste que je ne l'étais avant mon huitième de finale.

Rafael a perdu très peu de jeux depuis le début du tournoi. Est-ce dur de croire en ses chances dans ce contexte ?

P.C.B. : Je vais essayer de ne pas raisonner comme cela. Si je pense que je n'ai aucune chance, autant ne pas jouer. Alors bien sûr que je crois avoir des chances de gagner. Rafa est le meilleur joueur de l'histoire sur cette surface, et il joue très bien en ce moment. Alors, oui, c'est très difficile. Mais je vais essayer. Moi aussi je joue bien et moi aussi j'ai beaucoup de confiance. Je suis un peu fatigué, oui, mais tout peut arriver.

Que représente Nadal pour un joueur espagnol qui avait 13 ans quand il a gagné son premier Roland-Garros ?

P.C.B. : Je l'ai dit, pour moi, Rafa, c'est le plus grand joueur de tous les temps sur terre battue. Je vais défier le meilleur. Mais c'est aussi un bon copain. Alors c'est un match très spécial pour moi. Je vais tout donner, essayer de prendre du plaisir et d'apprendre. Et si je peux gagner...

Quoi qu'il arrive mardi, vous allez connaitre le meilleur classement de votre carrière la semaine prochaine. A la Race, vous êtes aussi dans les huit premiers. Commencez-vous à avoir le Masters dans un coin de la tête ?

P.C.B. : Londres, c'est une belle ville (sourire). Mais je n'en fais pas un objectif honnêtement. Peut-être dans quelques mois, si je continue comme ça, ou que vous continuez à m'en parler. On verra, j'ai de plus en plus confiance en moi. Mais pour l'instant, je veux seulement penser à Rafa.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0