Getty Images

Lucas Pouille élimine Julien Benneteau au bout du suspense (7-6, 3-6, 4-6, 6-3, 6-4)

Pouille qualifié, mais pas rassuré

Le 28/05/2017 à 19:51Mis à jour Le 28/05/2017 à 20:27

ROLAND-GARROS - Lucas Pouille s'est qualifié pour le deuxième tour de Roland-Garros en écartant avec grande difficulté son compatriote Julien Benneteau en cinq manches (7-6, 3-6, 4-6, 6-3, 6-4). Tête de série n°16, Pouille était mené deux sets à un et n'a pas rassuré, s'imposant finalement en 3h21 de jeu. Il affrontera Thomaz Bellucci au prochain tour.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Lucas Pouille a failli refaire une "Melbourne". Sorti d’entrée du premier tournoi du Grand Chelem de la saison, le Français n’est pas passé loin d’une seconde déconvenue de suite en tournoi majeur à Roland-Garros. Cette fois-ci, pas de blessure à gérer mais une chaleur accablante et un adversaire, Julien Benneteau, tout aussi bouillant. Malmené pendant plus de deux heures, le 17e mondial a eu besoin de 5 sets et 3h21 de match pour rejoindre le 2e tour ce dimanche (7-6, 3-6, 4-6, 6-3, 6-4). Une libération pour le quart-de-finaliste de l’US Open qui affrontera le Brésilien Thomaz Bellucci au prochain match.

Adversaires l’an passé au même stade de la compétition à Paris, Benneteau, battu en 4 sets en 2016, a bien cru pouvoir prendre sa revanche face à Pouille. Après deux heures de jeu, le Bressan menait deux sets à un avec un break d’avance dans le 4e set, avant de voir son cadet revenir dans la partie. Une volée dans le filet à 2-1 a relancé ce match qu’il pensait tenir dans sa raquette. Un coup de pouce, arrivé après 2h22 de frustration et 5 précédentes balles de break manquées, qui a réveillé les ardeurs d’un Pouille peu inspiré jusque-là. C’est même sur un 2e break qu’il a fini par signer son regain de forme avant d’égaliser à deux manches partout.

La fraîcheur a fait la différence

Le cinquième set ne s’annonçait pas gagné d’avance pour autant, Benneteau ne lâchant pas prise. Mais la fraîcheur a fini par faire la différence. Dans le sprint final, le Nordiste a moins tiré la langue que le joueur de 35 ans, qui est allé puiser dans ses ressources pour ne pas sombrer. Un break fatal dans le 7e jeu a fini par mettre fin au suspense entre les deux hommes, Pouille concluant sur sa mise en jeu à 5-4.

Ce match l’aura-t-il rassuré après cette difficile mise en route ? Lui affirme avoir fait une bonne préparation et être mieux armé pour bien figurer dans ce tournoi majeur. Son titre à Budapest, son premier sur terre battue, et sa demi-finale à Monte-Carlo lui ont mis le pied à l'étrier, mais deux éliminations au 1er tour à Madrid et Rome lui ont montré qu'il lui reste du chemin avant de garder une certaine constance. La suite nous dira si sa nouvelle dynamique l'enverra plus loin que le deuxième tour, qu'il n'a encore jamais franchi en quatre participations.

0
0