Dimanche, 13h38. Roland-Garros est à peine commencé que le tournoi est déjà terminé pour une des principales têtes d'affiche du tableau féminin. Ons Jabeur est arrivée à Paris auréolée du meilleur classement de sa carrière (6e) après son titre à Madrid et sa finale à Rome. De quoi faire de la Tunisienne au jeu subtil une des principales candidates au titre porte d'Auteuil derrière l'archi-favorite Iga Swiatek. Mais elle a trébuché d'entrée, face à une autre Polonaise, Magda Linette (3-6, 7-6, 7-5) en 2h28.
A-t-elle trop joué avant ce Roland-Garros ? A-t-elle subi le poids excessif des attentes légitimes nées de ses récents résultats comme de sa spectaculaire progression depuis plus d'un an ? Pourtant, tout avait bien commencé pour la guerrière de Sousse, qui a empoché le premier set en un peu plus d'une demi-heure. Mais pour un premier tour, Linette, grosse cogneuse, avait un profil potentiellement dangereux et la suite de cette rencontre allait le confirmer.
Wimbledon
Enfin : Jabeur va jouer sa première demie en Grand Chelem
IL Y A 6 HEURES

47 fautes directes

C'est sans doute dans la deuxième manche que Ons Jabeur a raté le coche. Une première balle de break manquée à 3-2 en sa faveur et surtout trois autres à 4-3. Faute d'avoir su enfoncer le clou, elle est restée sous la menace d'une Magda Linette qui, elle, a su saisir sa chance en serrant le jeu dans le tie-break pour recoller à un set partout.
Libérée, la Polonaise a alors commencé à prendre l'ascendant à l'échange et c'est assez logiquement qu'elle a breaké la première pour mener 4-2 dans la manche décisive. Dos au mur, Jabeur est revenu à hauteur instantanément, mais on la sentait fragile. Sur un fil, elle a fini par tomber. Alors qu'elle menait 40-15 à 6-5 contre elle et semblait partie pour arracher le super tie-break, la Tunisienne a craqué, avec notamment un smash totalement manqué et deux grosses fautes. Après avoir sauvé une première balle de match, sa 47e faute directe a scellé son sort sur la seconde.
C'est une très grosse désillusion pour Ons Jabeur, qui avait atteint les huitièmes de finale ces deux dernières années à Roland-Garros. Dans cette édition 2022, la seconde semaine semblait un minimum syndical pour elle. Mais elle n'aura même pas survécu au premier après-midi. Elle n'avait plus été éliminée au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2019.
Wimbledon
La marche était trop haute : Parry bute sur Jabeur
01/07/2022 À 13:52
Wimbledon
Jabeur n'a pas perdu de temps, Raducanu se rassure
27/06/2022 À 13:09