Getty Images

Thiem : "J'ai un plan"

Thiem : "J'ai un plan"

Le 09/06/2018 à 20:45Mis à jour Le 10/06/2018 à 12:08

ROLAND-GARROS 2018 – Dominic Thiem ne part pas battu d'avance face à Rafael Nadal. Même s'il mesure l'extrême difficulté de la mission, l'Autrichien veut s'appuyer sur ses deux victoires sur terre contre le Majorquin ces deux dernières saisons. Il estime "avoir les armes" pour battre le maître des lieux.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

C'est peut-être le défi le plus difficile du tennis actuel auquel s'attaque Dominic Thiem. C'est en tout cas l'avis de son coach, Günter Bresnik. "Battre Nadal en finale de Roland-Garros, je ne pense pas qu'on puisse trouver quelque chose de plus compliqué à accomplir aujourd'hui", juge le technicien autrichien. Il n'a sans doute pas tort. En tout cas, c'est un challenge que personne, en dix tentatives, n'a encore réussi à relever. Pas même des légendes comme Roger Federer ou Novak Djokovic, qui ont perdu à eux deux six des dix finales jouées par l'Espagnol sur la terre battue parisienne.

Dominic Thiem en est bien conscient. Mais il ne part pas battu pour autant. Au contraire. Après sa victoire contre Marco Cecchinato et sa première qualification pour une finale majeure, le numéro 8 mondial s'est fendu d'un discours plutôt volontariste. "Bien sûr qu'il est le favori, il l'est face à n'importe qui ici, mais je sais comment jouer contre lui", a-t-il affirmé. Il va même un peu plus loin : "Oui, j’ai les armes pour le battre. Le plus important, c’est que ces armes soient là et que le corps et la tête, évidemment, suivent. Mais j’ai un plan. Je vais tout faire pour que mon plan marche ici, de la même façon qu’il a marché à Madrid ou à Rome."

Rafa Nadal et Dominic Thiem

Rafa Nadal et Dominic ThiemGetty Images

" Je sais pertinemment qu’ici, c’est bien plus dur"

Thiem fait là référence à ses deux succès en Masters 1000 sur terre contre Nadal, en Italie l'an dernier, puis en Espagne cette saison. Les deux seules défaites de Nadal sur la surface ces deux dernières années. Il estime pourvoir en retirer des enseignements, et une méthode. S'il l'a déjà fait, il peut le refaire. "Bien sûr que je peux m’appuyer sur nos rencontres précédentes, estime-t-il, le propos toujours déterminé. Si je veux le battre, je dois jouer de la même manière qu’à Rome ou à Madrid. C'est beaucoup plus agréable de l'affronter en sachant que vous l'avez battu sur cette surface. Mais cela reste le défi ultime".

Reste un "petit" souci. Battre Nadal dans le contexte d'un Masters 1000, au meilleur des trois manches est une chose. Dupliquer pareille performance en trois sets gagnants est un défi d'une tout autre nature. Cela n'a d'ailleurs pas échappé à l'Autrichien. "Je sais pertinemment qu’ici, c’est bien plus dur, avoue Thiem. Il préfère les conditions ici qu’à Madrid, c’est sûr. Et au meilleur des cinq sets, c’est évidemment une autre histoire." Il a d'ailleurs pu le mesurer l'an dernier, quand Nadal l'avait étrillé en demi-finale trois semaines après avoir été battu à Rome. Mais ça aussi, Thiem préfère le voir d'un bon œil : "c’est une bonne chose de l’avoir déjà rencontré ici, je sais où je mets les pieds."

Vidéo - Inarrêtable, Nadal n'a laissé que 7 jeux à Thiem : sa qualification pour la finale en vidéo

02:47

Del Potro : "Peut-être que Thiem peut le faire..."

Il ne croit pas en revanche que le contexte lui pèsera, même s'il s'agira pour lui d'une découverte en finale de Grand Chelem, un match jamais tout à fait comme les autres. Mais Thiem est confiant sur ce plan-là. "Evidemment qu'il y a de la pression, puisque c'est une finale de Grand Chelem. C'est long d'arriver jusque-là et je n'ai pas envie de perdre maintenant. Mais c'est surtout une grande joie d'être là pour la première fois. Puis, franchement, contre Rafa, je ne pense pas être celui qui a la pression", glisse-t-il dans un sourire.

Alors, peut-il le faire ? En tout cas, il est probablement le seul à pouvoir envisager cette hypothèse. Les chances de Dominic Thiem sont réduites, mais sans doute plus importantes que n'importe quel autre joueur actuellement au monde. C'est en tout cas l'avis de Juan Martin del Potro, dernière victime en date du destructeur de Manacor, même si, on le sent, l'Argentin ne misera pas son prize money parisien dessus.

"Rafa joue de mieux en mieux et monte en intensité au fil du match, et c'est dur d'être tout le temps présent, souligne le vainqueur de l'US Open 2009. Il n'y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent le battre sur terre battue. On verra ce que Dominic pourra faire. Il a battu Rafa à Madrid. Peut-être qu'il peut le refaire dimanche. Mais ce n'est pas facile. Pour l'avoir vécu sur le court, je peux vous le dire : c'était presque impossible de le battre". Il faudra vraiment que le plan de Dominic Thiem soit bien ficelé...

Vidéo - Finale de rêve, héritier, domination : 3 raisons de regarder Thiem-Nadal

01:56
0
0