Jusqu’au bout, ils ont joué à se faire peur. Et jusqu’au bout, ils ont montré un cœur hors normes, portés par un public acquis à leur cause. Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut ont conquis ensemble sur le court Philippe-Chatrier samedi leur 5e titre en Grand Chelem en venant à bout de la paire kazakhe composée d’Alexander Bublik et Andrey Golubev (4-6, 7-6, 6-4) en 2h09 de jeu. Malmenés, les Français ont vu leurs adversaires servir pour le match dans le deuxième set avant de les renverser. Ils deviennent ainsi la première paire 100 % tricolore à s’adjuger deux fois le double à Roland-Garros.
Que d'émotions ! Après le miracle de leur demi-finale sur le court Simonne-Mathieu jeudi - ils avaient sauvé trois balles de match avant de l'emporter -, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut ont encore prouvé qu'au tennis rien n'était fini tant que la dernière balle n'était pas jouée. Largement favoris face à des adversaires beaucoup moins chevronnés qu'eux, ils ont pourtant d'abord semblé dépassés par la puissance et les choix parfois peu conventionnels des Kazakhs. Alexander Bublik a d'ailleurs été longtemps le grand bonhomme de cette finale du double messieurs.
Roland-Garros
Même Nadal et Tsitsipas n'ont pas tenu : Comment Djokovic a tué physiquement la concurrence
15/06/2021 À 14:11

D'abord injouable, Bublik a craqué au pire moment

Jusqu'à ce fameux jeu de service à 5-4 en faveur des Kazakhs dans la deuxième manche, Bublik était au four et au moulin. Aussi percutant au service qu'en retour et grand sourire fréquemment affiché, signe de confiance autant que de relâchement, le fantasque 37e joueur mondial réussissait tout (ou presque) ce qu'il entreprenait. De leur côté, les Français, comme à leur (mauvaise) habitude dans ce tournoi, ont eu un mal fou à rentrer dans leur partie, en difficulté notamment à la relance pour trouver la bonne distance.
Mais bien que clairsemé dans le grand court Philippe-Chatrier, le public tricolore ne les a jamais lâchés. Et Nicolas Mahut, en bon vieux briscard, s'est appliqué à faire jouer les Kazakhs dans ce 10e jeu qui a finalement été le grand tournant de la finale. Sous pression, Bublik a commis l'irréparable : une double faute offrant le débreak aux Bleus. Dès lors beaucoup plus agressifs et vifs au filet, les Bleus ont survolé le tie-break du deuxième set 7 points à 1. Et après une dernière frayeur et deux balles de break écartées à 2-1 contre eux dans l'ultime acte, ils ont repris leur marche en avant pour faire céder une dernière fois Bulik sur son engagement (4-6, 7-6, 4-3).
Beaucoup plus serein pour conclure l'affaire sur son service que lors de la demi-finale, Herbert pouvait crier sa rage après un ultime service gagnant slicé, tandis que Mahut, lui, s'effondrait sur le dos. Après plus d'un an d'un tennis aseptisé par les huis clos, ils ont savouré ensemble une Marseillaise entonnée par le public en leur honneur. Que le tennis est beau dans ces conditions !
Roland-Garros
"Voir des Français avec un an d'avance en finale junior de Roland, c'est très bon signe"
15/06/2021 À 14:10
Roland-Garros
Un set (ou deux) de retard ? Pour Djokovic, même pas peur !
14/06/2021 À 14:06