Roger Federer est décidément inusable. Malmené par Dominik Koepfer pendant 3h35, le Suisse a su s'imposer au bout de la nuit (7-6, 6-7, 7-6, 7-5). Pourtant, il aurait pu se rendre le match plus facile avec un peu plus d'efficacité. Notamment sur les balles de break. Que ce soit celles en sa faveur ou celles à sauver. Mais dans un stade Philippe-Chatrier vide en raison du couvre-feu, rien ne fut simple pour le Bâlois. Qualifié pour les huitièmes de finale, il y affrontera Matteo Berretini.
Après le gain du premier set arraché au tie-break malgré cinq balles de break envolées au cours de la manche (7-6 en 1h04), Roger Federer semblait lancé vers une victoire tranquille lorsqu’il a breaké Koepfer d'entrée de deuxième set. Il n’en fut rien. Bien au contraire. Le Suisse a d'abord rendu son service d’avance à 2-1 avant de le reprendre d’un jeu blanc aidé par un Koepfer fébrile. Mais il a, à son tour, cédé sur un jeu blanc. Trois breaks consécutifs et voilà les deux joueurs lancés dans un nouveau jeu décisif. Federer l'a gentiment offert à son adversaire en commettant sept fautes directes sur les … sept points remportés par l'Allemand.
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02

Federer, le physique retrouvé

Scénario inverse en début de troisième set avec un break immédiat en faveur de Dominik Koepfer grâce à un retour flottant que Federer a regardé tomber sur la ligne de fond de court (1-0). L’Allemand ne commettait alors plus aucune fautes directes ou presque. Et a ajouté à sa panoplie de coups en puissance du fond du court, des volées parfaitement touchées ou des lobs millimétrés. Pendant ce temps-là, Federer accusait le coup physiquement et faisait subitement ses 39 ans. La possibilité de le voir quitter cette édition de Roland-Garros au terme d’un match disputé sans public prenait de plus en plus d’ampleur.
Souvent en retard, mal placé, le Suisse a multiplié les coups décentrés et les fautes directes (63 contre 40 pour Koepfer). Jusqu’à ce jeu de service manqué par l’Allemand à 4-3 en sa faveur. Tout d’un coup, Federer est redevenu Federer. Avec un jeu de jambes retrouvé et des fulgurances dignes de ses plus belles années. À l’expérience, il a empoché le troisième set, encore au tie-break d’une superbe amortie de revers. Le match avait alors débuté depuis 2h52. En basculant à deux sets à un en sa faveur, le Suisse avait probablement fait le plus dur. La suite le confirmera.
Car, malgré un nouvel échange de break en début de quatrième manche, Roger Federer a su mettre un dernier coup d’accélérateur à cinq jeux partout pour s'éviter un quatrième tie-break. D'ordinaire si juste sur les points importants, le Suisse a finalement remporté un match où il n’a converti que 36% de ses balles de break (5/14) sans en sauver une seule à partir du deuxième set (4/6 pour Koepfer). Mais l'essentiel est ailleurs pour Federer. Après un an et demi sans jouer de Grand Chelem, le voilà à nouveau en deuxième semaine d’un Majeur. Contre Matteo Berrettini, tête de série numéro 9, la route s'élèvera encore. Mais le public devrait être de retour.

La question qui fâche : faut-il supprimer les matches en cinq sets ?

Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17