La pression commencerait-elle à se faire sentir ? Demi-finaliste de l’édition 2020, seulement tombé en cinq sets face au numéro 1 mondial, Stefanos Tsitsipas se représente à Roland-Garros avec une bonne tête de prétendant à la victoire finale. Le Grec, qui affirme depuis un certain temps déjà rêver d’un titre en Grand Chelem et de battre le "Big 3" à la régulière (sans attendre le départ progressif de ses membres à la retraite sportive), a eu la bonne surprise de voir Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer regroupés dans la partie haute du tableau, alors que lui figure en bas. Une opportunité qui génère aussi beaucoup d’attentes autour de lui.
Tsitsipas est le premier conscient de ce que le tirage au sort signifie pour lui. "Enfin ! Pour une fois", a-t-il d’ailleurs répondu dans un sourire, quand le constat lui a été réitéré lors de son point presse d’avant-tournoi. Cela signifie que pour s’offrir son premier Majeur, il n’aura potentiellement "qu'un" des trois monstres (ou plus probablement que Nadal ou Djokovic) à battre en finale. Or, le Grec a prouvé à l’Open d’Australie en début d’année qu’il en était désormais capable quand il a remonté un handicap de deux manches face au Majorquin en quart de finale.
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02

Clément : "Tsitsipas sort du lot parmi les outsiders pour Roland"

Gérer la pression des attentes, un nouveau défi

Il sait donc que les regards pourraient se braquer vite sur lui, ce qu’il veut éviter pour donner le meilleur de lui-même. "A chaque fois que je joue, je veux être la surprise du tournoi. C’était pareil à Toronto (en 2018 quand il avait atteint la finale, battant Djokovic au passage, NDLR), j’avais vraiment profité de cette semaine et du fait que personne ne me considérait comme le favori. J’avais surpris tout le monde. J’avais juste eu à jouer mon tennis et à ne penser à rien d’autre. Je m’étais senti super bien", a lâché le numéro 5 mondial.
Mais la qualité du tennis produit par Tsitsipas et ses résultats en 2021 racontent une autre histoire. Avec deux demi-finales consécutives en Grand Chelem et une place de numéro 1 mondial à la Race, son statut a changé, qu’il le veuille ou non. "Sa saison est très régulière au haut niveau, il a gagné un autre tournoi sur terre battue à Lyon le week-end dernier. Il s’est imposé à Monte-Carlo, a été dans le dernier carré à Melbourne. Sur terre battue, il est l’un des favoris pour gagner Roland. Sa condition physique est formidable, il a progressé en fond de court, surtout côté revers, je le vois aller très loin", considère d’ailleurs Boris Becker, consultant pour Eurosport.

Numéro 1 mondial à la Race, Stefanos Tsitsipas se met dans les pas des plus grands

Wilander : "Il battra Rafa et Novak s'ils ne jouent pas leur meilleur tennis"

Si Alexander Zverev a aussi gagné un Masters 1000 sur terre battue à Madrid et compte déjà une finale à l’US Open, Tsitsipas reste le joueur de ce que l’on a appelé la "Next Gen" qui offre le plus de garanties avant Roland-Garros. Sa constance, son implication de tous les instants dans chaque match font de lui, pour de nombreux observateurs et anciens champions, le joueur de moins de 25 ans - il en a 22 - capable de bousculer la hiérarchie dans les Majeurs. Mais l’intéressé sait aussi que le chemin peut être encore long.
D’ailleurs, il l’a vérifié en tournois de préparation. Malgré une balle de match, il a dû céder dans une finale à couteaux tirés à Barcelone face à Rafael Nadal. Puis à Rome, alors qu’il menait d’un set et d’un break et a même servi pour la victoire face à Novak Djokovic en quart de finale, là encore il a baissé pavillon. Or, l’Espagnol et le Serbe n’évoluaient pas encore à leur meilleur niveau, et les dernières semaines de compétition et d’entraînement leur ont sûrement permis d’élever le curseur, car les Grands Chelems restent leur objectif principal dans leur course à l’Histoire.
"Tsitsipas a cette obsession, cette haine de la défaite, il a besoin de gagner des matches de tennis. Je ne pense pas qu’il puisse battre Rafa ou Novak quel que soit la surface et le contexte. Mais je crois qu’il les battra s’ils ne jouent pas leur meilleur tennis. C’est celui qui est le plus susceptible de gagner un Majeur, parce qu’il a moins tendance à être nerveux, il peut maîtriser tous les styles de joueurs", résume Mats Wilander. Les tauliers restent Nadal et Djokovic, mais si la porte s’entrouvre légèrement, Tsitsipas a tous les atouts, y compris mentalement, pour l’enfoncer.

Une baston de 3h38 et des rebondissements à gogo, ce Nadal-Tsitsipas a décoiffé

Se mettre dans des conditions optimales pour "se" surprendre

C’est d’ailleurs sans doute en ce sens qu’il faut en fait interpréter son envie d’être "la surprise" de ce Roland-Garros. Le Grec veut se mettre dans les conditions psychologiques optimales et l’état d’esprit idoine pour être le plus performant possible sur le court. Un peu comme quand Roger Federer s’était présenté à Roland-Garros en 2011, éclipsé par le duel annoncé en finale entre Djokovic et Nadal, avant de produire le meilleur tennis de sa vie sur terre battue et notamment éliminer l’invincible Djoker en demi-finale.
"Ce que signifierait une surprise pour moi ? Ce serait un meilleur résultat qu’une demi-finale", a conclu Tsistsipas avec son sens bien à lui de la formule. Les conditions sèches et rapides annoncées durant la quinzaine pourraient permettre à son tennis offensif de s’épanouir à merveille. Objectif minimum dernier carré donc. Qu’on se rassure, le Grec n’est pas non plus du genre à forcer l’humilité.
Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17