Fernandez, comme à New York ?

Leylah Fernandez est-elle en route vers un destin new-yorkais ? La jeune Canadienne avait atteint la finale de l'US Open à la fin de l'été 2021, et même si elle s'y était inclinée contre Emma Raducanu, ce fut son premier véritable grand coup d'éclat sur le circuit. Après une élimination d'entrée à Melbourne en début d'année, elle retrouve des couleurs à Roland-Garros. La voilà en quarts de finale, après un sacré combat et un succès convaincant contre Amanda Anisimova sur le court Philippe-Chatrier.
Roland-Garros
Debru, invité spécial de DiP Impact : "Je ne veux pas recopier d'autres joueurs"
14/06/2022 À 19:27
Demi-finaliste à Paris en 2019, où elle n'avait été stoppée que par la future lauréate Ashleigh Barty, l'Américaine nourrissait des ambitions cette année à Roland-Garros. Mais si elle a lutté pied à pied avec Fernandez dimanche sur le Central, elle a davantage réagi qu'agi, avant de s'incliner en trois manches, 6-3, 4-6, 6-3. A l'image de son début de match calamiteux, qui l'a vu menée rapidement 4-0.
Pénalisée par une seconde balle déficiente, sur laquelle elle a gagné seulement un point sur trois sur l'ensemble de la rencontre, Amanda Anisimova a concédé six fois son service et s'est montrée moins opportuniste que son adversaire sur ses occasions de break (4 sur 12 pour l'Américaine, 6 pour 10 pour la Canadienne). Elle a tout de même réussi à embarquer Fernandez dans un set décisif après un échange de breaks en toute fin de deuxième set.
Mais dans le dernier acte, c'est Leylah Fernandez qui a su faire la différence en breakant à 2-2 alors que Anisimova avait bénéficié de la première opportunité de break quelques minutes plus tôt. La jeune Canadienne n'a ensuite plus été vraiment menacée sur sa mise en jeu et c'est au contraire elle qui a plié ce huitième de finale sur un ultime break à 5-3. La grinta de Fernandez, formidable combattante, est une fois encore à saluer, et peut l'emmener loin dans ce tournoi.
Elle affrontera en quarts de finale Martina Trevisan, 59e mondiale, qui avait été la première à se hisser dans le grand huit après avoir pris le meilleur sur la Bélarusse concourant sous bannière neutre Aliaksandra Sasnovich (47e) dimanche, 7-6 (12/10), 7-5. C'est la deuxième fois que l'Italienne atteint ce niveau de la compétition à Paris après 2020 où elle s'était hissée en quart après être sortie des qualifications. "Paris est un peu ma deuxième maison, l'atmosphère y est magique, je me sens vraiment bien sur le court", a déclaré Trevisan juste après sa victoire, un immense sourire aux lèvres.

Martina Trevisan

Crédit: Eurosport

Gauff, une démonstration pour un sacré message

Elle n'a pas eu besoin de trois sets pour se débarrasser d'Elise Mertens. Coco Gauff a fait forte impression ce dimanche sur le court Central, dominant totalement la Belge, laissée sans réponse et bousculée par la jeune Américaine. En 1h24 de jeu, Mertens a été éparpillée à l'issue d'une dernière manche à sens unique où le jeu finalement très terrien de Gauff a fait la différence (6-4, 6-0). Quart de finaliste l'an passé, Gauff retrouvera au même stade la gagnante du match entre Jil Teichmann et Sloane Stephens.
Mais, ce dimanche, c'est un sacré message envoyé à la concurrence. Vainqueur ici en 2018 lors du tournoi juniors, l'Américaine a toujours aimé Roland-Garros et semble appréhender de mieux en mieux les exigences de l'ocre. Si sa préparation sur terre a été décevante, elle a changé de dimension à Paris, où elle n'a toujours pas perdu un set cette année. "J'ai confiance en moi, j'ai confiance en mon jeu. J'ai le sentiment qu'à chaque match, je m'améliore. (...) Je veux savourer les matchs, avoir le contrôle de mon tennis, donner le meilleur de moi-même", a-t-elle indiqué en conférence de presse. Et si c'était elle l'outsider du bas de tableau ?

Coco Gauff

Crédit: Getty Images

Stephens suit la cadence

Il y aura un duel 100% américain en quarts de finale. Si Cori Gauff s'est baladée face à Elise Mertens, Sloane Stephens n'a pas été en reste face à la tête de série numéro 23 Jill Teichmann qui n'a tenu que quatre deux jeux avant de complètement craquer sous les coups d'une Américaine qui fut finaliste à Roland-Garros en 2018 et qui retrouve le Top 8 pour la première fois depuis 2019.
Nous le disions, la Suissesse n'a tenu que deux. Pourtant l'entame de match fut parfaite pour elle puisqu'elle a breaké Sloane Stephens sur son premier jeu de service pour mener 2-0... Oui, l'Américaine a ensuite enchaîné douze jeux consécutifs pour s'adjuger la partie (6-2, 6-0). Une statistique assez incroyable résume la partie. Après les deux premiers jeux, Jill Teichmann n'a remporté que... 21 points sur le reste de la partie, dont 3 dans la deuxième manche. Le rouleau-compresseur Stephens est en marche et son match face à Gauff promet énormément.
Roland-Garros
Il n'a pas traîné : Nadal a reçu son premier traitement au pied
08/06/2022 À 07:54
Roland-Garros
Le court Philippe-Chatrier rebaptisé Rafael Nadal ? Le coach de Federer milite pour
06/06/2022 À 14:41