Getty Images

Djokovic en progrès avant de retrouver Tsitsipas

Djokovic en progrès avant de retrouver Tsitsipas

Le 31/10/2019 à 16:59Mis à jour Le 31/10/2019 à 18:05

ROLEX PARIS MASTERS - Plus consistant que la veille face à Moutet sans être pour autant génial, Novak Djokovic s'est tranquillement qualifié jeudi pour les quarts de finale en disposant en deux sets et 1h22 du Britannique Kyle Edmund (7-6, 6-1). Le N°1 mondial serbe va désormais devoir hausser le ton puisqu'il retrouvera le Grec Stefanos Tsitsipas pour décrocher son billet pour le dernier carré.

Novak Djokovic a peut-être lancé son tournoi. Patraque mais victorieux la veille face à un bon Corentin Moutet, le numéro 1 mondial s’est en partie rassuré jeudi en huitième de finale du Masters de Paris-Bercy. Encore assez loin de son meilleur niveau, il a toutefois peu à peu haussé son niveau de jeu pour disposer du Britannique Kyle Edmund, retombé à la 75e place mondiale, en deux sets (7-6, 6-1) et 1h22 de jeu. En quart de finale, les choses (très) sérieuses devraient débuter face à Stefanos Tsitsipas qui l’avait battu à Shanghaï voici trois semaines.

Il s’est retourné vers son clan, le regard déterminé et visiblement satisfait. En l’espace de 24 heures, Novak Djokovic a retrouvé en grande partie son tennis et l’énergie qui lui manquait cruellement lors de son entrée en lice. Tout n’a pas été parfait certes pour le Serbe, mais la copie rendue a été bien plus convaincante. Il a ainsi retrouvé une belle vitesse de déplacement et, une fois relâché, il a déroulé, libérant pour la première fois ses frappes à l’image d’un dernier break blanc agrémenté de trois retours gagnants.

Et Djokovic s'est retrouvé...

Il y a bien eu quelques gestes de dépit et des scories, surtout côté revers, son coup le plus sûr en temps normal. Pourtant, le numéro 1 mondial a fait un vrai pas en avant dans le jeu. Oui, le Serbe a été poussé au jeu décisif dans le premier acte. Oui, il a eu besoin de sept balles de set pour virer en tête. Mais il n’a globalement jamais été en position délicate, bien aidé par la qualité d’une première balle de service retrouvée (67 % et 89 % de points gagnés derrière).

Vidéo - Plus solide mais toujours pas génial, Djokovic a battu Edmund

03:17

Plus détendu une fois en tête, le "Djoker" s’est même autorisé quelques jongles de footballeur salués par des applaudissements nourris de l’assistance. Et la machine s’est enclenchée : le Serbe a retrouvé sa précision en retour, pris l’avantage dans la diagonale coup droit, tout en enfonçant son adversaire côté revers quand il en a eu l’occasion. Touché moralement, Edmund a lâché prise, encaissant six jeux d’affilée sans la moindre réaction.

S’il poursuit dans cette voie, Djokovic pourrait bien redevenir l’épouvantail qu’il a souvent été à Bercy (quatre titres et une finale l’an passé). Mais de l’autre côté du filet vendredi, se dressera un adversaire en confiance et qui sait qu’il peut battre le numéro 1 mondial pour l’avoir fait lors de leur dernier duel en Chine. S'il n'est pas à 100 %, le Serbe sera assurément en grand danger.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0