Getty Images

Paire : "J'avais besoin de me lâcher"

Paire : "J'avais besoin de me lâcher"

Le 28/10/2019 à 21:29Mis à jour Le 28/10/2019 à 22:48

ROLEX PARIS MASTERS - Vainqueur de Damir Dzumhur en deux sets lundi (7-5, 6-2), Benoît Paire est revenu sur son changement d'état d'esprit en fin de première manche, qui lui a permis de prendre les devants.

D'abord en-dedans, puis plus que solide ensuite : le public du Masters de Bercy a eu la chance de voir les deux visages de Benoît Paire, lundi, lors de son entrée en lice contre Damir Dzumhur (7-5, 6-2). En conférence de presse, le Français, "très fatigué", est revenu sur le déclic qui a tout changé dans le match, à 5-4 dans le premier set. Pour lui, "c'est simplement l'état d'esprit qui a changé".

"Depuis la tournée asiatique, je suis dans un état ou j’ai été pas mal malade, a détaillé Paire. Cela a été compliqué pour moi. (…) Quand j'arrive avec peu de confiance, je me mets un peu en dedans et j'ai du mal à bouger, je me sens lourd et fatigué. (…) Là, je sentais que j'étais un peu comme en Asie, j'étais mou, un peu négatif dans ma tête, même si je ne le montrais pas trop. J'avais besoin, à un moment donné, de m'exprimer et de me lâcher."

Vidéo - Paire a haussé le ton au bon moment face à Dzumhur

02:03

"Je méritais de me faire siffler en 2013"

L'Avignonnais a donc décidé de tout donner, pour ne pas avoir de regrets : "Si cela restait comme ça, cela aurait pu faire 6-4 6-4 pour Damir et je serais sorti avec beaucoup de regrets. Je suis arrivé à me remettre dedans. Je me suis dit : 'Écoute Benoît, t’es à 5-5, essaye au moins de te libérer et de profiter de cet instant'. Je me suis vraiment motivé et boosté, j'ai pu enchaîner les coups gagnants. Cela m'a souri. J'avais juste envie de sortir vainqueur de ce match."

Six ans après avoir qualifié le public de Bercy "d'abrutis", après une défaite contre Pierre-Hugues Herbert où il avait été sifflé, Paire a également tenu à remercier les tribunes pour leur soutien. "Je méritais de me faire siffler quand je suis sorti sous les huées (en 2013). On n'a pas le droit à l'erreur ici. À partir du moment où on le sait, il faut faire attention et il faut faire avec. Quand on a besoin d’eux, je l’ai vu ce soir, ils sont là. Il faut juste prendre conscience que l'on n'a pas le droit de s'énerver. C'est un de mes problèmes. Dans le passé, cela a été compliqué, mais ils ont compris que je faisais beaucoup d’efforts." Le Paire nouveau est arrivé. Encore faut-il qu'il reste toute la semaine à Bercy.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0