Getty Images

Cette fois, Djokovic est prévenu

Cette fois, Djokovic est prévenu

Le 03/11/2019 à 14:11Mis à jour Le 03/11/2019 à 14:36

ROLEX PARIS MASTERS - Si la présence de Novak Djokovic, quadruple vainqueur, était attendue en finale du tournoi parisien dimanche, celle de Denis Shapovalov l’était beaucoup moins. Comme l'an passé face à Karen Khachanov, le Serbe part favori mais devra se méfier d’un adversaire qui n’aura rien à perdre, comme le Russe qui l'avait battu à la surprise générale.

Le contexte

Bercy lui réussit décidément très bien. Déjà quatre fois champion, un record dans le tournoi parisien depuis sa création en 1986, Novak Djokovic y jouera donc une sixième finale dimanche. Après son abandon en huitième de finale de l’US Open et son quart de finale décevant à Shanghaï lors de la tournée asiatique (même s’il a été titré à Tokyo la semaine précédente), le Serbe s’est rapidement remis à l’endroit dans une fin de saison marquée par sa lutte pour la première place mondiale avec Rafael Nadal.

Avec 1280 points de retard à la Race en début de semaine, le "Djoker" le savait : il devait s’attacher à gagner tous ses matches et espérer dans le même temps un faux pas de son rival espagnol pour revenir dans la course. Malade pour entamer son tournoi, il a montré qu’il avait suffisamment de marge sur ses adversaires des deux premiers tours pour s’éviter une sortie de route précoce et rédhibitoire. De mieux en mieux physiquement, il a infligé une correction à Stefanos Tsitsipas, certes à côté de ses pompes, avant de faire preuve de nerfs d’acier contre un Grigor Dimitrov pourtant inspiré. Et un petit coup de pouce inespéré du destin - le forfait de Nadal en demi-finale en raison d’une blessure aux abdominaux - est arrivé.

Vidéo - Un sang-froid diabolique et une régularité d'horloger : Djokovic a refroidi Dimitrov

03:18

Déjà sûr de reprendre 240 unités au Majorquin à l’issue de la semaine, il pourrait donc refaire la moitié de son handicap en cas de cinquième sacre parisien. Il abordera d’ailleurs la finale avec le statut d’immense favori contre un jeune joueur qui découvrira le parfum d’un tel match en Masters 1000. Denis Shapovalov voit ainsi ses efforts récompensés. En difficulté au printemps après une demi-finale en mars à Miami, le Canadien a retrouvé des couleurs lors de l’été américain où il a disputé un sacré match, bien que perdu, au 3e tour de l’US Open, contre Gaël Monfils.

Aidé depuis quelques semaines par l’ex-joueur russe Mikhail Youzhny, il a remporté le premier titre de sa jeune carrière à Stockholm en indoor et surfe sur la confiance accumulée depuis, avec notamment des succès probants face à Fabio Fognini et Alexander Zverev à Bercy et une revanche éclatante sur... Monfils pas plus tard que vendredi. Une chose est sûre : il sera frais pour l’événement puisqu’il n’a pas eu la moindre balle à frapper samedi à la suite du retrait de dernière minute de Nadal.

Leur parcours

Novak Djokovic

2e tour : bat Corentin Moutet (7-6(2), 6-4)
1/8e de finale : bat Kyle Edmund (7-6(7), 6-1)
1/4 de finale : bat Stefanos Tsitsipas (6-1, 6-2)
1/2 finale : bat Grigor Dimitrov (7-6(5), 6-4)

Denis Shapovalov

1er tour : bat Gilles Simon sur abandon (2-2, ab.)
2e tour : bat Fabio Fognini (3-6, 6-3, 6-3)
1/8e de finale : bat Alexander Zverev (6-2, 5-7, 6-2)
1/4 de finale : bat Gaël Monfils (6-2, 6-2)
1/2 finale : bat Rafael Nadal par forfait

Vidéo - Face à un Shapovalov des grands soirs, Monfils n'a pas existé

02:30

Face-à-face

Les deux hommes ont déjà croisé le fer à trois reprises sur le circuit, toutes cette année, et à chaque fois avec le même résultat à la clé : une victoire de Novak Djokovic. Le Serbe n’a même perdu qu’un seul set en tout et pour tout face au Canadien, c’était le troisième de leur duel au 3e tour de l’Open d’Australie (6-3, 6-4, 4-6, 6-0). Après une démonstration sur la terre battue de Rome (6-1, 6-3), le numéro 1 mondial a réaffirmé sa supériorité à Shanghaï (6-3, 6-3) voici quelques semaines. Ce sera leur première confrontation en indoor.

Trois stats à avoir en tête

0. S’il a été malade en début de tournoi, Novak Djokovic n’a pourtant pas perdu le moindre set dans son parcours jusqu’à la finale. Denis Shapovalov, lui, en a lâché deux : le premier contre Fabio Fognini et le second contre Alexander Zverev.

50. Novak Djokovic joue dimanche la 50e finale de Masters 1000 de sa carrière. Il rejoint ainsi Roger Federer dans ce domaine, à une longueur du record de Rafael Nadal. Il essaiera de conquérir le 34e titre de sa carrière dans cette catégorie de tournoi.

31. C’est le nombre de minutes passées en plus sur le court par Novak Djokovic par rapport à Denis Shapovalov. Pourtant, le Canadien, non tête de série, n’a pas été exempté de 1er tour, lui, mais il a bénéficié de l’abandon précoce de Gilles Simon et du forfait de Rafael Nadal. Cette différence minime ne devrait pas avoir d’impact sur la finale.

Ils ont dit

Novak Djokovic : "Je trouve que Denis a réduit le nombre de ses fautes directes, et qu’il s’est amélioré cette année. Il a joué un tennis impressionnant, en particulier contre Gaël Monfils. J’ai hâte de jouer la finale, j’aime vraiment ces conditions de jeu et ce court."

Denis Shapovalov : "Ce n’est pas parce que je joue contre lui (Novak Djokovic, ndlr) que je vais prendre moins de risques. Ce n'est pas mon genre. Je vais y aller à fond, je n’ai rien à perdre dans ce match. C’est génial de jouer ma première finale de Masters 1000, ce n’est que du bonus pour moi. Je vais voir ce que je peux faire et profiter du moment."

Le facteur X : Comment Shapovalov va-t-il gérer l’événement ?

Même s’il n’a affiché aucun complexe en conférence de presse, Denis Shapovalov va bien débarquer en territoire inconnu, dimanche. Du haut de ses 20 ans, il va prendre conscience de la signification d’une finale de Masters 1000 par l’expérience, et qui plus est, pas contre n’importe qui. Difficile face au numéro 1 mondial, pour lequel ces occasions n’ont plus rien de mystérieux, de ne pas être intimidé, ou du moins impressionné. Et même s’il a eu le bonheur de remporter sa première finale sur le circuit voici deux semaines, un monde sépare la scène de son triomphe suédois de celle de l’AccorHotels Arena et ses 15 000 places.

Vidéo - La palette : Comment Shapovalov peut tuer le point en revers

02:08

Face à Gaël Monfils, il s’était certes montré imperméable à la pression du public français, jouant une partition sans fausse note, mais il s’agissait d’un quart de finale, pas du match du sacre. Le Canadien pourra toutefois s’inspirer de la performance de Karen Khachanov qui avait surpris l'an dernier Djokovic au même endroit. Le Russe, comme Alexander Zverev à Rome en 2017, peut ainsi se targuer d’avoir pris le meilleur sur le Serbe pour le premier grand rendez-vous de sa carrière en Masters 1000.

Notre avis

Le défi s’annonce immense pour Denis Shapovalov, et ce pour de nombreuses raisons. La première, celle qui saute aux yeux, constitue le rapport de forces très défavorable qui l’oppose à Novak Djokovic. Le problème n’est pas tant d’avoir perdu ses trois matches face au Serbe, mais le fait que ces défaites sèches (un set mis à part à Melbourne) soient rapprochées dans le temps. L’avantage psychologique du "Djoker" ne s’en trouve que renforcé : il sait ce qui fonctionne contre le Canadien pour l’avoir mis en application il y a un peu plus de trois semaines en Chine.

Si Djokovic s’était en effet fait surprendre par Karen Khachanov l’an dernier, sa demi-finale dantesque contre Roger Federer la veille y avait été aussi pour quelque chose. Cette fois, il devrait avoir assez d’énergie pour tenir un haut niveau de jeu, d’autant que sa motivation sera très élevée : un cinquième titre à Paris maintiendrait vivaces ses espoirs de finir la saison numéro 1 mondial pour la sixième fois, dépassant Roger Federer dans ce domaine et égalant ainsi Pete Sampras.

Vidéo - La palette : Comment Djokovic contrôle les échanges du fond de court

01:37

Enfin, tactiquement, le Serbe possède un avantage de poids : sa capacité à faire le mur, à exiger de son adversaire un jeu d’attaque très risqué pour le déstabiliser. Par sa précision et sa longueur de balle au retour comme à l’échange, il a les armes pour museler le tennis explosif de Shapovalov. Pour rivaliser, le Canadien devra non seulement sortir l’artillerie lourde, mais être capable de maintenir longtemps un pourcentage de réussite extrêmement élevé dans ses initiatives. Très impressionnant par séquences dans ce tournoi, il a les armes pour bousculer Djokovic, mais combien de temps ? Difficile dans ces conditions d’envisager un exploit du puissant gaucher, car cela en serait un, indubitablement.

Notre pronostic : Novak Djokovic en 2 sets.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0