Getty Images

Moutet, sans peur mais pas sans regrets

Moutet, sans peur mais pas sans regrets

Le 30/10/2019 à 21:12Mis à jour Le 30/10/2019 à 21:33

ROLEX PARIS MASTERS - Si Corentin Moutet s'est incliné en deux manches serrées (7-6, 6-4) mercredi contre Novak Djokovic, le jeune Français, entreprenant et audacieux, n'est pas passé loin de poser encore plus de problèmes au Serbe. Déçu notamment d'avoir laissé filer un premier set au cours duquel il ne lui a manqué qu'un point, il est sorti de son match plus déçu que satisfait. Un bon signe.

Corentin Moutet a perdu contre Novak Djokovic. En deux sets. Présenté ainsi, ce 16e de finale a donc simplement répondu à la logique la plus élémentaire. Il y a toutefois une autre façon de considérer la chose : Corentin Moutet a cédé face au numéro un mondial en le bousculant sérieusement. Il a même compté un break d'avance avant de bénéficier de deux balles de set dans la première manche. Battu en deux sets, oui, mais en trouvant le moyen de nourrir quelques regrets. Et ça, ce n'était pas forcément prévu.

Si ce n'était clairement pas du grand Djokovic mercredi, et c'est même un euphémisme tant le Serbe est apparu à la peine (il est malade depuis trois jours), surtout dans la première moitié de la rencontre, ce fut en revanche du très bon Moutet. Comme à Roland-Garros au printemps dernier, le jeune Français parait plus transcendé qu'inhibé par ce genre de scènes. Ni la nature du court ni celle de son adversaire n'ont semblé le dérouter. A la sortie du court, il avouait avoir pris "beaucoup de plaisir à jouer contre Novak avec le soutien du public."

Vidéo - Le maître Djokovic a fini par mater le teigneux Moutet

03:07
" Je n'ai pas modifié ma façon d'aborder le match parce que c'était lui en face"

La veille, il avait un peu surpris son monde en affirmant n'avoir pas regardé plus que ça jouer Djokovic. Il était en mode "c'est un adversaire comme un autre." Il ne fallait pas le prendre comme un manque de respect, mais comme sa véritable façon d'approcher son métier, peu importe l'équation proposée en face. C'est d'ailleurs sans doute pour cette raison qu'il est apparu tout sauf stressé. "Je suis rentré sur le court pour être moi-même, rien de plus, a-t-il confié. Je n'ai pas modifié ma façon d'aborder le match parce que c'était lui en face. Il a juste gagné beaucoup plus de Grands Chelems que les autres. Mais je devais être moi-même encore une fois."

Mais n'allez pas croire pour autant que le gaucher tricolore se satisfait d'avoir accroché Djokovic. "Je suis déçu, assure-t-il. Je ne peux pas dire que je suis satisfait alors que j'ai perdu. J'ai eu des opportunités, je n'ai pas su en profiter. Et sur certains de ces points, j'ai commis des erreurs. La prochaine fois, peut-être... J'ai tout donné, puisé toute l'énergie que je pouvais dans le public, j'avais la bonne stratégie parce que je l'ai gêné par moments, mais ça ne suffit pas contre ce genre de joueurs. A la fin, c'est la déception qui domine."

Djokovic élogieux

Novak Djokovic s'est en tout cas montré élogieux envers son jeune adversaire. "Il a 20 ans, beaucoup de talent, clairement un des gars de la NextGen, juge le Serbe. Il n'avait pas grand-chose à perdre aujourd'hui. Il était devant son public, c'est un lucky loser dans ce tournoi... Il défend très bien, il ramène des balles que beaucoup ne ramèneraient pas. J'ai aimé aussi la façon dont il s'est battu. Et s'il n'a pas gagné le match, il a gagné le titre de plus beau point du match avec son tweener." Mais là aussi, Moutet se montre très pragmatique : "Pourquoi j'ai joué ce coup ? Parce que je n'avais pas d'autre solution. Mais au final, c'est juste un point. Ce n'est pas si important."

Ce qui l'est, pour le Francilien, c'est ce cap franchi cette saison. Il a intégré le Top 100 pour la première fois de sa carrière et, grâce à son rush final à Bercy, titillera en fin d'année son meilleur classement : 80e au mois de juillet, il sera lundi prochain entre la 81e et la 85e place. Puis il y a ces promesses dans le jeu. Son absence de craintes. Reste à trouver de la constance, et à produire son jeu tout au long de l'année. A être lui-même en permanence, en somme.

Vidéo - Pourquoi faire simple... ? Le magnifique tweener lob de Moutet sur Djokovic

01:00
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0