Boris Becker est aussi offensif sur les réseaux sociaux que lorsqu'il foulait les courts du monde entier. Mardi matin, l'ex-joueur allemand, aujourd'hui âgé de 52 ans, a repris de volée Nick Kyrgios après que l'Australien ait publiquement pointé du doigt Alexander Zverev , qui n'a pas respecté la période de quatorzaine après avoir participé à l'Adria Tour. Un tournoi arrêté la semaine passée après les tests positifs au Covid-19 de Novak Djokovic, Viktor Troiki, Grigor Dimitrov ou Borna Coric.

Roland-Garros
Le huis-clos "absolument écarté" : 10 000 spectateurs espérés sur le Central
28/06/2020 À 10:37

"Je n'aime pas les rats, a écrit le triple vainqueur de Wimbledon sur Twitter. Ceux qui dénoncent leurs compatriotes sportifs ne sont pas mes amis. Regardez-vous dans le miroir et demandez-vous si vous êtes meilleurs." Treize minutes plus tard, le 40e joueur mondial lui a répondu. "Pour l'amour de Dieu Boris, je n'essaie de jeter personne sous le bus. Nous vivons une pandémie mondiale. Quand quelqu'un fait des choses aussi bêtes qu'Alex, je le dis. Tout simplement", a indiqué l'Australien. Puis la passe d'armes s'est poursuivie sur le célèbre réseau social.

"Alexander Zverev n'a pas respecté la période de quatorzaine et devrait avoir honte de lui. Il est un modèle pour de nombreux fans de tennis. Mais je n'aime toujours pas les rats", a répliqué Boris Becker. Puis l'ex-champion allemand a enfoncé le clou après que Nick Kyrgios l'a comparé à un "doughnut". "J'aimerais vraiment voir Nick atteindre tout son potentiel et remporter un jour un Grand Chelem. Il serait un incroyable exemple pour les jeunes", a-t-il déclaré.

"Le problème ce n'est pas le code de conduite mais les amendes !"

Après la révélation du test positif au coronavirus de Novak Djokovic lors de l'Adria Tour, Nick Kyrgios s'était montré particulièrement offensif vis-à-vis du numéro un mondial. "Prières pour tous les joueurs qui ont contracté le Covid-19, a-t-il tweeté il y a tout juste une semaine. Mais ne m’interpellez plus pour des choses que j’ai faites qui sont "irresponsables" ou jugées comme "stupides". Ça, c’est le comble du ridicule." Avec sa nouvelle empoignade du jour, pas sûr que Nick Kyrgios fasse remonter sa cote de popularité dans le monde du tennis.

Moutet: "Le circuit ne devrait pas être suspendu à cause des cas positifs au covid sur l'Adria Tour"

ATP Vienne
A Tsitsipas le meilleur départ, à Dimitrov la victoire : les temps forts en vidéo
IL Y A 4 HEURES
ATP Vienne
Une balade pour enchaîner : Thiem n'a laissé aucune chance à Garin
IL Y A 6 HEURES