Novak Djokovic ne réalisera pas le "Golden Slam" à la Steffi Graf en 1988. Vainqueur des trois premiers tournois du Grand Chelem en 2021 (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon), le champion serbe peut toujours réaliser le Grand Chelem calendaire s'il s'impose à l'US Open au mois de septembre. Mais quoi qu'il arrive, il n'y ajoutera pas l'or olympique. Alors qu'il se promenait depuis le début de la semaine et qu'il semblait plus que jamais en route vers l'or, il a chuté vendredi en demi-finale contre Alexander Zverev (1-6, 6-3, 6-1).

La victoire et les larmes : Zverev très ému après son succès sur Djokovic en demi-finale

L'Allemand en a pleuré. Après un ultime revers gagnant sur la balle de match, il s'est pris la tête entre les mains, comme s'il n'y croyait pas lui-même, avant de fondre en larmes. C'est un sacré exploit pour Zverev, qui se rapproche donc à une marche du Graal olympique. Il affrontera samedi, pour la médaille d'or, Karen Khachanov, le tombeur de Ugo Humbert. Le Russe a dominé assez tranquillement dans la première demi-finale l'Espagnol Pablo Carreno Busta (6-3, 6-3).
Tokyo 2020
Zverev avait réduit en cendres les rêves de "Golden Slam" de Djoko à Tokyo : le résumé de son succès
09/09/2021 À 21:10

6-1, 3-2, break, puis le trou noir

Pourtant, pendant un set, Novak Djokovic a semblé parti pour appliquer le tarif maison, comme à tous les autres. 6-1 en 37 minutes. Le score était certes sévère pour Sascha Zverev, qui avait accroché à plusieurs reprises le patron du circuit sur son engagement, sans pouvoir concrétiser. Un défaut fatal contre le désormais vingtuple vainqueur en Grand Chelem. Rien ne semblait donc pouvoir faire dérailler le scénario presque trop bien écrit de cette demi-finale. Encore moins quand Djokovic a breaké dans la seconde manche pour mener 3-2, service à suivre. Personne n'aurait alors pu imaginer ce qui allait suivre.
Il a suffi d'un break (un débreak), un seul, pour que la bascule s'opère. A partir de là, le combat a totalement changé d'âme. Novak Djokovic allait perdre huit jeux de suite pour se retrouver mené 4-0 dans la manche décisive. Il n'a en réalité gagné qu'un seul des onze derniers jeux. Un effondrement spectaculaire. Est-ce physique ? Le numéro un mondial, visage creusé, a en tout cas semblé prendre dix ans en une soirée. Quoi qu'il en soit, il n'a pas existé dans la seconde moitié du match.
Lâché par son service (seulement 56% de points gagnés derrière sa première balle et 37% sur son second service), puis progressivement débordé à l'échange par un Zverev solide, Djokovic a une fois encore vu ses rêves de titre olympique s'envoler. Médaillé de bronze à 20 ans à Pékin en 2008, le Serbe court depuis après l'or. Seulement 4e à Londres sur le Centre Court de Wimbledon, sorti d'entrée à Rio par Juan Martin Del Potro après un match mémorable, il semblait tenir sa plus belle opportunité à Tokyo. C'est (encore) raté.

Alexander Zverev en finale.

Crédit: Eurosport

Tokyo 2020
Humbert plus "tueur" que Djoko : les stats à retenir après les Jeux de Tokyo
09/08/2021 À 05:56
Tokyo 2020
Zverev a achevé sa démonstration par un service-volée
01/08/2021 À 10:00