Tennis

Toni Nadal : "Rafael n'est pas un joueur de tennis, c'est un blessé qui joue au tennis"

Partager avec
Copier
Partager cet article

Rafa Nadal y Toni Nadal, ATP Final 2018

Crédit: Getty Images

ParGuillaume Maillard-Pacini
02/04/2019 à 15:48 | Mis à jour 02/04/2019 à 16:30
@guillaumemp

Dans un entretien accordé au quotidien EL Pais, Toni Nadal a longuement évoqué la saison de son neveu, Rafael Nadal. D'une condition physique précaire à une possible nouvelle victoire à Roland-Garros : l'ancien coach du n°2 mondial a fait le tour des sujets brûlants.

Les propos de Toni Nadal ne passent jamais inaperçus. Toujours intéressant, celui qui dirige l'académie de tennis créée en 2016 par Rafael à Manacor, son neveu, garde un oeil forcément attentif sur son ancien protégé. Dans un entretien accordé à El Pais, mardi, il a notamment évoqué la condition physique du n°2 mondial.

US Open

Quiz - Pouvez-vous citer le Top 20 lors du dernier Grand Chelem sans Federer ni Nadal ?

IL Y A 2 HEURES

"Rafael veut continuer à jouer, malgré ses problèmes physiques. Mais jusqu'à quand ? Deux ou trois ans de plus peut-être, ce qui me fait dire que Rafael n'est pas un joueur de tennis, c'est un joueur blessé qui joue au tennis, et c'est très difficile", a-t-il expliqué.

"L'objectif, c'est progresser"

Forfait pour sa demi-finale contre Roger Federer à Indian Wells, Rafael Nadal, toujours en délicatesse avec son genou, a d'ailleurs repris l'entraînement la semaine dernière sur les courts de son académie. L'Espagnol a d'ailleurs remis ça en ce début de semaine, preuve que son retour se passe bien.

Ce retour est surtout une bonne nouvelle en vue de la saison sur terre battue qui arrive. Comme chaque année, l'Espagnol sera forcément attendu à Roland-Garros, sa deuxième maison. Peut-il y viser une douzième victoire ?

Rafa et Toni Nadal

Crédit: Getty Images

"L'objectif c'est de progresser, pas de gagner Roland-Garros ou l'US Open. Gagner un Grand Chelem ne dépend pas seulement de lui, mais aussi de ses adversaires. Je ne sais pas s'il y aura un ou deux Federer dans le tournoi, ou s'il y aura cinq Djokovic sur sa route. Il doit uniquement penser à lui, de ce qu'il peut améliorer. C'est comme ça qu'on construit un succès", assure Toni Nadal, qui se félicite de la relation de son neveu avec Carlos Moya, son entraîneur. "Le plus important, c’est qu’ils s’apprécient et se respectent, ce qui est forcément obligatoire", confie-t-il.

Un petit tacle pour la NextGen

Concernant la nouvelle génération de joueurs, la fameuse "Next Gen", l'oncle de Rafael a un avis bien tranché. S'il apprécie les performances des jeunes loups, dont il compare les débuts à ce que faisait Rafael à ses débuts sur le circuit, il ne voit pas en eux des joueurs complets. "Ils sont bons, mais ils ont une force de compromis qui est moins élevée", a-t-il souligné.

"J'ai vu jouer beaucoup de jeunes joueurs et ils ne donnent pas tout sur un court. J'ai vu perdre Rafael, Djokovic et Federer. Et eux, ils ont toujours donné leur maximum. Quand nous avons débarqué sur le circuit professionnel, les meilleurs joueurs au monde avaient entre 21 et 23 ans. Aujourd'hui, les meilleurs ont 29, 30, 32 ou 37 ans." Le message est passé.

US Open

L'US Open réduit la voilure : des gains amputés de 850 000 dollars pour les vainqueurs cette année

IL Y A 11 HEURES
WTA Palerme

Ferro file en quarts

IL Y A 11 HEURES
Dans le même sujet
Tennis
Partager avec
Copier
Partager cet article