Getty Images

Cilic - Nishikori, quatre ans après

Cilic - Nishikori, quatre ans après

Le 05/09/2018 à 00:17

US OPEN – C'est l'heure de la revanche ! Quatre ans après leur affrontement en finale de l'US Open 2014, Marin Cilic et Kei Nishikori se retrouvent à Flushing Meadows, ce mercredi, en quart de finale. Finaliste de l'Open d'Australie en début de saison, le Croate fait aujourd'hui figure de favori mais le retour en forme du Japonais promet une vraie opposition.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Le contexte

Deux fois finaliste de Grand Chelem ces deux dernières saisons (Wimbledon 2017 et à l'Open d'Australie 2018), Marin Cilic court toujours derrière un deuxième titre en Grand Chelem, quatre ans après l'US Open 2014. Eliminé à la surprise générale dès le 2e tour de Wimbledon (par Pella, après avoir mené 2 sets à 0), le 7e mondial a retrouvé depuis des résultats plus proches de ses habitudes (quart à Toronto, demie à Cincinnati). Pour son premier quart de finale à Flushing Meadows depuis trois ans, le Croate retrouvera une veille connaissance et un revenant, Kei Nishikori.

Blessé en fin de saison dernière et absent de deux Grands Chelems consécutifs (US Open 2017 et Australie 2018), NIshikori a tardé à retrouver son meilleur niveau mais le voilà de nouveau parmi les meilleurs. Sans faire de bruit. Déjà quart de finaliste à Wimbledon, le 17e mondial a connu un début d'US Open assez tranquille, avec un seul set concédé. Des états de service récents qui rassurent sur les capacités du Japonais, redevenu solide du fond du court. Il ne lui manque plus qu'un succès de prestige en Grand Chelem, deux ans après avoir sorti Andy Murray. C'était déjà à l'US Open.

Vidéo - En usant Goffin, Cilic s'est offert des retrouvailles avec Nishikori

02:39

Les face-à-face

Marin Cilic (29 ans) et Kei Nishikori (28 ans) se sont affrontés à quatorze reprises sur le circuit dont quatre fois en Grand Chelem. Si le Japonais est devant au bilan global (8 à 6) et a remporté leur dernier affrontement, en quart de finale de Monte-Carlo, il n'a plus battu le Croate en Grand Chelem depuis l'US Open 2010. Le 17e mondial s'était notamment incliné au 3e tour du tournoi américain en 2012 et avait abandonné en huitièmes de Wimbledon en 2016. Mais on se souvient surtout de leur finale de l'US Open 2014, gagné facilement par Cilic (6-3, 6-3, 6-3). Un match charnière dans la carrière du Croate.

Marin Cilic / US Open 2018

Marin Cilic / US Open 2018Getty Images

Leur parcours

  • Marin Cilic (tête de série n°7)

1er tour : bat Marius Copil (7-5, 6-1, 1-1 ab)

2e tour : bat Hubert Hurkacz (6-2, 6-0, 6-0)

3e tour : bat Alex De Minaur (4-6, 3-6, 6-3, 6-4, 7-5)

4e tour : bat David Goffin (7-6, 6-2, 6-4).

  • Kei Nishikori (tête de série n°21)

1er tour : bat Maximilan Marterer (6-2, 6-2, 6-3)

2e tour : bat Gaël Monfils (6-2, 5-4 ab)

3e tour : bat Diego Schwartzman (6-4, 6-4, 5-7, 6-1)

4e tour : bat Philipp Kohlschreiber (6-3, 6-2, 7-5)

3 stats à avoir en tête :

77%. C'est le pourcentage de points marqués par Cilic derrière sa première. Un point fort dont le Croate aura besoin ce mercredi.

48%. Sur les balles de break, Kei Nishikori est d'une sacrée efficacité. Le Japonais en a converti 24 (sur 50) depuis le début de cet US Open.

2/8. Régulièrement en quart de finale de Grand Chelem, Nishikori n'a toutefois connu que deux demi-finales. Les deux à l'US Open, en 2014 ou 2016.

Kei Nishikori (US Open 2018)

Kei Nishikori (US Open 2018)Getty Images

Ils ont dit :

  • Marin Cilic
" Il joue très bien, j'ai regardé quelques-uns de ses matches et il frappe bien. A moi de continuer à jouer mon jeu."
  • Kei Nishikori
" Je prends de plus en plus de plaisir à jouer au tennis mais, désormais, je n'ai aucune pression"

Notre avis

Les deux hommes se connaissent par cœur et, malgré leur opposition de style, savent comment faire déjouer leur adversaire. Leurs rencontres sont d'ailleurs régulièrement accrochées, y compris en Grand Chelem. De quoi s'attendre à une rencontre à rallonge.

Mais tout dépendra de Nishikori. Le Japonais, souvent trahi par son physique dans le passé, a les cartes pour gêner un Cilic loin d'être impérial face à De Minaur, à condition de bien supporter la fournaise américaine. Son dernier combat date de 2016. C'était – déjà – en quart de finale de l'US Open.

0
0