Suprématie russe

Suprématie russe
Par Eurosport

Le 11/09/2004 à 09:45Mis à jour

La finale dames de l'US Open sera 100% russe. Svetlana Kuznetsova et Elena Dementieva ont sorti à la surprise générale Lindsay Davenport et Jennifer Capriati, en 1/2 finales, vendredi. Le match entre Dementieva et Capriati, exceptionnel, restera comme un

Svetlana Kuznetsova (Rus, 9) bat Lindsay Davenport (USA, 5) 1-6,-6-2,-6-4

Face à une joueuse qui restait sur quatre tournois gagnés et 22 victoires consécutives, on ne donnait pas chère de la peau de Svetlana Kuznetsova. Pourtant, la jeune Russe de 19 ans est parvenue à se qualifier pour sa première finale en Grand Chelem. Si le mérite lui en revient largement, il faut reconnaître que la blessure à la cuisse dont a été victime Lindsay Davenport a largement influé sur la rencontre. "Même si elle était blessée, son jeu n'a pas besoin de tant de mouvements que cela", tint pourtant à souligner Kuznetsova après la rencontre.

Elena Dementieva (Rus, 6) bat Jennifer Capriati (USA, 8) 6-0, 2-6, 7-6(5)

Les deux joueuses allaient alors s'engager dans un troisième acte qui restera à jamais dans les annales du tournoi. Long de 1h26, il fut parsemé de points tous plus incroyables les uns que les autres et de multiples rebondissements de situation. Les breaks se succédèrent dans un premier temps, puis Capriati sembla avoir fait le plus dur en prenant le service adverse pour mener 6-5.

Elena Dementieva : "Je sais que nous sommes beaucoup et que nous jouons très bien. Mais de voir une autre finale russe en Grand Chelem, après deux tournois du Grand Chelem déjà gagnés par des Russes, c'est formidable. Ca me paraît incroyable. (Vendredi en demi-finale), j'étais si fatiguée à la fin qu'il n'y avait plus de place pour la nervosité. Je pensais à chaque point. Je n'étais pas nerveuse du tout. Pourquoi l'aurais-je été ? Jusqu'à présent, le tournoi m'a bien réussi".

Jennifer Capriati : "Je savais qu'elle était une combattante, je savais qu'elle n'allait pas céder. Elle n'était pas en demi-finale pour rien. Mais pendant tout ce temps, j'ai gardé ma confiance, je pensais que j'allais gagner. Quand je suis revenue (au score), je pensais que j'avais pris le dessus. Cela n'a été qu'une question de quelques points par-ci par-là".

0
0