Reuters

Del Potro voit haut

Del Potro voit haut
Par Eurosport

Le 11/09/2009 à 03:30Mis à jour

Juan Martin Del Potro va disputer sa deuxième demi-finale de Grand Chelem à l'US Open. L'Argentin, battu à ce stade par Federer à Roland-Garros, sorti le Croate Marin Cilic avec autorité (4-6, 6-3, 6-2, 6-0). Il attend désormais le résultat de Nadal-Gonzalez.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

US OPEN - TABLEAU MESSIEURS - Quarts de finale

Juan Martin Del Potro (ARG, 6) bat Marin Cilic (CRO, 16) 4-6, 6-3, 6-2, 6-1
Face-à-face : 2/0 Del Potro.

Prochain adversaire : Nadal (ESP, 3) ou Gonzalez (CHI, 11)

La première affiche de la journée sur le court Arthur Ashe était le quart de finale d'un tournoi du Grand Chelem le plus haut de l'histoire de l'ère Open. Les deux adversaires culminaient en effet tous les deux à 1.98m. Un choc entre deux joueurs de 20 ans, Juan Martin Del Potro et Marin Cilic, qui n'a pas été haut en couleurs. La hiérarchie a été tout simplement respectée entre un joueur qui a déjà connu une demi-finale cette saison à Roland-Garros et un novice au stade des quarts de finale en Grand Chelem. Cilic est resté un set au niveau qui lui avait permis de transformer Andy Murray en "daim pris dans les phares d'une voiture" (dixit Brad Gilbert). Ensuite, il a perdu le fil de son match.

Frapper fort, plutôt à plat, et des deux côtés en avançant progressivement, c'est une recette que Juan Martin Del Potro applique à chaque repas. Quel que soit l'adversaire et quelle que soit la surface. Face à Marin Cilic, cela n'a pas marché pendant un set. Le Croate était encore capable de trouver le premier l'angle qui faisait mal, de se positionner pour distribuer son coup droit. Et puis, un set et demi plus tard, la tour de Tandil (ville natale de Del Potro) s'est élevée. Des frappes plus lourdes, des deuxièmes balles plus consistantes. Et Cilic a dû ressentir quelque chose comme du vertige. Un peu comme quand Del Potro menait deux sets à rien face à Federer à Roland-Garros, en demi-finale. Au lieu de réfléchir, lui qui, selon Ivan Ljubicic, est un maître tacticien, il s'est embourbé dans un duel vain et brutal. Là où les frappes à plat fusent comme le vent sur la steppe, l'aridité du jeu de Del Potro règne.

"Plein de choses à améliorer"

Cilic a mené un set à rien, 3-1, 0/30 sur le service de "Delpo". Ce dernier a ensuite inscrit sept jeux consécutifs. "C'était un bon retour, la foule m'acclamait, s'est réjoui l'Argentin. J'ai commencé à mieux jouer, j'ai pris du plaisir et j'ai fait de bonnes choses. Evidemment, j'ai plein de choses à améliorer pour les demis, mais je suis content de mon match et du résultat." C'est lui qui a fait la course en tête au cours d'un troisième set catastrophique pour Marin. Non seulement il a offert un nombre de cadeaux exagéré en coup droit, mais il n'a jamais donné l'impression de pouvoir retrouver la stabilité qui était la sienne au premier set.

Désordonné, entêté dans son choix tactique de frapper plus fort que Del Potro, il aura commis au total près de 53 fautes directes. Juan Martin a pris des allures de vieux cow-boy (gaucho dit-on en Argentine), ponctuant les coups les plus douloureux pour son adversaire par des cris rauques très virils. Quart de finaliste l'an passé, sorti par Andy Murray, le voilà en demi-finale, sur une surface qui lui convient bien. "En demi-finale, je ne peux pas débuter le match comme ça. Je pensais à autre chose et le temps était mauvais. Il faut que je me concentre du début à la fin du match. Mon rêve est de remporter ce tournoi, j'en suis si proche. C'est mon endroit favori, c'est le plus grand des stades de tennis, beaucoup d'Argentins viennent ici pour voir les matchs. Pour moi, ce tournoi est vraiment le meilleur."

0
0