Reuters

Federer, l'expérience en plus

Federer, l'expérience en plus
Par Eurosport

Le 14/09/2009 à 06:45Mis à jour

Roger Federer est entré dans la dernière ligne droite new-yorkaise. Le Suisse a battu Novak Djokovic 7-6, 7-5, 7-5 pour rallier sa 6e finale de suite à l'US Open. Il tentera de soulever son 6e trophée d'affilée à Flushing Meadows face à Juan Martin Del Potro, tombeur de Rafael Nadal 6-2, 6-2, 6-2.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

US OPEN - TABLEAU MESSIEURS - Demi-finales

. Roger Federer (SUI, 1) bat Novak Djokovic (SER, 4) 7-6(7/3), 7-5, 7-5.Prochain adversaire Del Potro.
Juan Martin Del Potro (ARG, 6) bat Rafael Nadal (ESP, 3) 6-2, 6-2, 6-2

Roger Federer aura donc joué les quatre finales majeures de la saison. Comme en 2006 et 2007. Une donnée statistique somme toute logique de par le statut du Suisse, mais tout de même étonnante après le "traumatisme" de la saison 2008 et la fin de son règne annoncée par ses détracteurs. Que les plus pessimistes se rassurent, le Suisse est toujours le patron des tournois du Grand Chelem. Il l'a un peu plus démontré face à Novak Djokovic dimanche soir. Malgré ses 15 titres majeurs acquis, il ne semble effectivement toujours pas rassasié, lui qui court vers un 6e titre à New York, exploit inédit dans l'ère Open et depuis Bill Tilden en 1925. Rien que ça. En 2h44 de jeu, le Suisse a dominé un Novak Djokovic, toujours aussi méritant mais dépassé dans les moments importants. Mais que faire face à cet ogre de Federer qui s'est qualifié pour sa 21e finale de Grand Chelem en carrière, sa 7e de suite sur le circuit ?

"C'est le plus beau coup de ma carrière"

"Ce genre de coup, on le travaille à l'entraînement mais ça ne marche jamais, a réagi un Federer tout sourire. C'est incroyable. C'était un moment décisif, c'est pour ça que c'est le plus beau coup de ma carrière." Et Djokovic de répliquer : "Sur ce coup, il n'y a rien à dire, à part bravo . J'ai un respect immense pour ce que Roger a fait dans l'histoire de notre sport, il est probablement le meilleur joueur de tous les temps. Il joue peut-être le tennis de sa vie." Nole ne pouvait que constater cet état de fait par un rictus forcé : difficile de rivaliser avec cette réussite insolente. A l'instar du duo Murray/Corretja à Roland-Garros, le Serbe, conseillé par Todd Martin lui-même finaliste à l'US Open (en 1999), avait mis le paquet pour réussir à franchir encore le stade des demi-finales qu'il ralliait pour la troisième fois de suite... Insuffisant toutefois pour jouer sa 2e finale à NY et déstabiliser le Suisse qui est parti pour marquer au fer rouge son empreinte à six doigts sur ce tournoi.

Un joueur finaliste six fois de suite à New York, cela ne s'était plus vu depuis Ivan Lendl entre 1982 et 1989 (pour trois victoires de l'Américain). Fort de ses 40 matches sans défaite à Flushing Meadows, Federer a un autre objectif en tête : un nouveau Petit chelem qui aurait goût différent des trois premiers, réalisés en 2004, 2006 et 2007, car il sera formé de trois titres majeurs de suite. Inédit depuis Rod Laver en 1969. Un autre exploit en perspective en fin de compte que va devoir contrer Juan Martin Del Potro, le 6e candidat différent depuis 2004 qui tentera, lundi soir vers 22h, de s'imposer face au Suisse. "J'ai pris beaucoup de plaisir sur le court même si Novak m'a donné du mal , a-t-il ajouté. Ce sera dur contre Juan Martin, il fait un super tournoi et il a très bien joué contre Nadal. Et Il m'avait donné du mal à Roland-Garros (l'Argentin menait 2 sets à 1 en demi-finale, ndlr)." Un mal pour un bien finalement vu la suite des événements à laquelle Nadal, N.1 déchu, assiste de loin.

0
0