AFP

Gasquet bat Ferrer (6-3, 6-1, 4-6, 2-6, 6-3) et se qualifie pour les demi-finales de l'US Open

Gasquet, c'est l'Amérique !
Par Eurosport

Le 04/09/2013 à 23:03Mis à jour Le 05/09/2013 à 10:33

Richard Gasquet a réussi l'exploit de dominer David Ferrer en cinq manches mercredi à New York pour se qualifier pour sa première demi-finale à l'US Open (6-3, 6-1, 4-6, 2-6, 6-3), sa deuxième en Grand Chelem six ans après Wimbledon. Le Français, neuvième joueur mondial, affrontera Rafael Nadal samedi.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Richard Gasquet n'en a donc pas fini avec l'US Open. Après un combat en cinq sets face à Milos Raonic en cinq sets, le neuvième joueur mondial a réussi à passer l'obstacle David Ferrer, encore en cinq sets (6-3, 6-1, 4-6, 2-6, 6-3). Un exploit majuscule pour le Français qui n'avait jamais atteint ce stade de la compétition aux Etats-Unis... Six ans après Wimbledon, seul tournoi du Grand Chelem où il avait réussi à rallier le dernier carré d'un tournoi majeur en 2007, revoici un Gasquet étincelant, sûr de lui et de son tennis. Il le testera encore plus vendredi où il affrontera un autre Espagnol : Rafael Nadal.

Dès le début de la rencontre, le Français a montré des signes positifs. Un jeu agressif, des nerfs solides et de la réussite, tout penchait du côté de Gasquet. Et après 1h10 de jeu, 6-3, 6-1 en sa faveur. Il fallait presque se pincer pour croire ce que le tableau d'affichage montrait aux yeux des spectateurs. Le vent a pourtant tourné par la suite. Penser battre David Ferrer, deux fois demi-finaliste à l'US Open (2007 et 2012) et N.4 mondial en puissance, en trois manches sèches, c'était un peu trop beau. Le Biterrois s'en est vite aperçu en voyant l'Espagnol reprendre le contrôle des échanges. Plus avare en fautes directes et avec une meilleure longueur de balles, le Valencian a doucement mais sûrement refait son retard. Physiquement, Gasquet a accusé le coup et reculé. Mais c'est là que le Français a impressionné son monde...

Alors que le cinquième set sonnait comme le glas, on ne donnait plus beaucoup de chance de victoire à Richard. C'était sans compter sur ce dernier coup d'accélérateur donné dans les 40 dernières minutes de jeu, le temps qu'il a fallu pour plier ce match. Au mental, car sa victoire se situe ici-même. Là où il a trop souvent cédé par le passé. Bras de nouveau relâché, position de nouveau dans le court, Gasquet a obtenu en premier ce break salvateur dans le sixième jeu. Un jeu où Ferrer a lâché prise en commettant quelques approximations, dont une double faute sur balle de break. Gasquet n'a alors plus lâché cet avantage pour finir sur son service et sur sa première balle de match. Quatorze ans après Cédric Pioline, unique Tricolore jusqu'ici à l'avoir réalisé avant lui dans l'ère Open, voici un deuxième Français dans le dernier carré de Flushing Meadows. Pour le voir en finale, comme l'ex-N.1 français en 1993, ce sera une autre histoire.

0
0