Cette saison 2014 restera une année particulière. Celle dont on fait les transitions. Que ce soit chez les dames ou les hommes, les quatre tournois du Grand Chelem ont connu quatre vainqueurs différents. Mais chez les messieurs, l'ancien Big Four ne truste pas les titres les plus prisés, comme il l'avait fait en 2012. Seuls Nadal et Djokovic ont réussi à résister à la nouvelle vague. Après Wawrinka, vainqueur de l'Open d'Australie, Raonic, Dimitrov et Gulbis, qui ont joué leur première demi-finale majeure, les surprises les plus grosses attendaient de sortir à l'US Open, Nishikori ou Cilic s'apprêtant à faire une entrée fracassante dans le clan des vainqueurs de Grand Chelem.

Pour la première fois depuis l'Open d'Australie 2005, une finale de Grand Chelem se déroulera sans Novak Djokovic, Roger Federer ou Rafael Nadal. Une mauvaise nouvelle pour les nostalgiques. Mais une excellente pour les autres, notamment ces joueurs qui attendent ce moment depuis longtemps. Avant cette saison, il fallait remonter au sacre de Del Potro en 2009 à l'US Open pour voir un nouveau nom sortir du rang. En 2014, il y en aura finalement deux nouveaux. Et il y aura bel et bien un avant et un après cet US Open. Quel que soit le vainqueur.

US Open
Ils ont fait la révolution !
06/09/2014 À 23:56
Wawrinka nous a ouvert la porte

"Vous aviez déjà lancé cette histoire après l'Australie et on a vu ce qui s'est passé à Roland-Garros et à Wimbledon", a rappelé Federer déjà agacé par ce sujet qui avait surgi après le sacre de son compatriote Stan Wawrinka en janvier à Melbourne. "Vous avez une nouvelle occasion d'en parler, vous pouvez écrire ce que vous voulez, mais moi je ne le pense pas", a estimé le Suisse balayé en trois sets par Marin Cilic vendredi et privé de titres majeurs depuis Wimbledon 2012.

Le Croate, au contraire, pense qu'une nouvelle ère a démarré cette année. "Wawrinka, en remportant l'Open d'Australie, nous a ouvert la porte: je pense que maintenant, les joueurs du "deuxième cercle" croient plus en leurs chances dans les tournois du Grand Chelem, a souligné le protégé de Goran Ivanisevic. Wawrinka a fait un tel bond si rapidement que je me suis dit qu'en travaillant, c'était aussi possible pour moi". "J'ai disputé la finale d'un Masters 1000 à Madrid et j'ai déjà battu des joueurs de ce calibre", a souligné fort justement Kei Nishikori qui n'a pas été loin de battre Nadal sur terre battue dans la capitale espagnole avant qu'une blessure ne le stoppe dans son élan.

Une finale aussi inédite qu'indécise

Du Japonais ou du Croate, laquelle de ces deux surprises deviendra le treizième joueur à ouvrir son palmarès en Grand Chelem à l'US Open ? Le troisième sur ces cinq dernières années après Del Potro en 2009 et Murray en 2012 ? Les deux joueurs ont chacun leurs arguments : chacun a un jeu bien en place, un mental tiré vers le haut grâce à leurs entraîneurs eux-mêmes anciens vainqueurs en Grand Chelem : Goran Ivanisevic pour Cilic et Michael Chang pour Nishikori. Et chacun un match référence en Grand Chelem qui a dû faire beaucoup d'envieux parmi les Raonic, Dimitrov, et autres Gulbis. Sans parler des Tsonga, Ferrer et Berdych, tous battus en finale majeure, qui assisteront à l'avènement de ce nouveau vainqueur non sans quelques pointes de regrets.

Goran Ivanisevic et Michael Chang à l'US Open 2014

Crédit: AFP

En regardant leur face-à-face sur le circuit ATP, c'est Nishikori qui a tiré le plus souvent son épingle du jeu en remportant cinq de leurs sept premières confrontations. Cependant la dernière victoire du Croate sur le Japonais n'a pas été signée n'importe où : au troisième tour de Flushing Meadows en 2012. Cette édition 2014 gardera jalousement ses surprises jusqu'au bout. Mais elle fera prendre au vainqueur un sacré tournant dans sa carrière. Et entretiendra encore l'espoir des autres joueurs qui attendent toujours leur tour, parfois même désespérément.

US Open
Ce Cilic-là était beaucoup trop fort pour Federer
06/09/2014 À 22:16
US Open
Nishikori renverse la table et Djokovic
06/09/2014 À 19:11