AFP

Novak Djokovic dompte encore Roger Federer pour s'offrir son 10e titre du Grand Chelem

Et à la fin, c'est Djokovic qui gagne

Le 14/09/2015 à 04:34Mis à jour Le 14/09/2015 à 07:13

US OPEN 2015 - Novak Djokovic est vraiment le boss. Le numéro un mondial a encore dominé Roger Federer en finale dimanche à Flushing Meadows, pour s'octroyer son 10e tournoi du Grand Chelem. Comme lors du dernier Wimbledon, le Serbe s'est imposé en quatre sets (6-4, 5-7, 6-4, 6-4).

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Et à la fin, c'est Djokovic qui gagne... Le Serbe, plus numéro un mondial que jamais, a conquis dimanche soir un 10e titre du Grand Chelem, pénétrant un peu plus en avant dans l'histoire du tennis. Magnifique de détermination, de sang-froid et de réalisme, il a pris la mesure en quatre sets (6-4, 5-7, 6-4, 6-4) de Roger Federer pour décrocher son deuxième US Open, à l'issue d'une finale électrique et souvent magistrale. Novak Djokovic prive ainsi le Suisse d'une 18e couronne majeure. Comme à Wimbledon ces deux dernières années.

Mais aussi cruelle soit la réalité pour le champion suisse, elle répond à une forme d'implacabilité. Car, à défaut d'être sensiblement supérieur à son adversaire, le Djoker l'a surclassé sur les points importants. Federer n'a pu convertir que 4 de ses... 23 balles de break. Une carence rédhibitoire. Djokovic s'est avéré bien plus efficace en la matière (6/13). Nole a pourtant été parfois mis dans les cordes, mais s'il a souvent plié, il n'a pas rompu. Comme souvent.

Un dernier jeu en forme de symbole

Ce fut particulièrement criant lors du troisième set, si déterminant pour le destin de cette finale. Bousculé, Djokovic a frôlé la correctionnelle à 4-3 en faveur de Federer, sauvant deux balles de break. Le match a basculé là. Dans la foulée, le Serbe a pris le service de Federer pour boucler cette troisième manche puis signé un autre break pour prendre les devants dans le quatrième. Un 5-0 fatal.

Et pourtant, jusqu'au bout, Federer a lutté. Même avec un double break de handicap dans le 4e set, il a été tout près de recoller mais, là encore, le dernier jeu du match a résumé toute la rencontre. Servant pour la deuxième fois pour le titre à 5-4, Djokovic a écarté trois dernières balles de break, avant de conclure dès sa première balle de match. Cette différence aura été l'histoire de ce match.

A deux sets du Grand Chelem

Même lors du deuxième set, le seul qu'il a remporté, Federer a eu besoin de neuf balles de break pour, enfin, concrétiser sa domination. Le Suisse venait alors de recoller à un set partout et pouvait encore rêver à un 18e sacre majuscule. Mais Novak Djokovic a su avoir le dernier mot. C'est le propre des champions d'exception comme lui.

Sa saison de rêve n'aura donc connu qu'un seul accroc, en finale de Roland-Garros, face à Stan Wawrinka. Novak Djokovic est ainsi passé à deux petits sets du Grand Chelem. Comme Roger Federer en 2006 et 2007. Sa domination actuelle est à la hauteur de celle du Suisse à l'époque. Cela en dit long sur ce que Djokovic est devenu...

0
0