AFP

Wawrinka a fini par étouffer Nishikori

Wawrinka a fini par étouffer Nishikori

Le 10/09/2016 à 03:36Mis à jour Le 10/09/2016 à 07:18

US OPEN 2016 - Bousculé en début de rencontre, Stan Wawrinka a progressivement pris le dessus sur Kei Nishikori vendredi soir dans la seconde demi-finale du tableau masculin. Plus frais physiquement, le Suisse l'a emporté en quatre sets (4-6, 7-5, 6-4, 6-2) et rejoint Novak Djokovic en finale pour un remake explosif de la finale de Roland-Garros 2015.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Stan Wawrinka avait jusqu'ici traversé cet été 2016 de façon transparente. A l'US Open, le Suisse est monté en puissance très progressivement. Mais après une première semaine laborieuse, il a sorti son meilleur tennis quand il le fallait. Tombeur de Juan Martin Del Potro en quarts de finale, il a cuit à l'étouffée Kei Nishikori vendredi soir en demi-finales. Vainqueur en quatre sets (4-6, 7-5, 6-4, 6-2) après un peu plus de trois heures de match, le revoilà en finale d'un Grand Chelem. Sa troisième. Il a gagné les deux premières, en Australie et à Roland-Garros. Il tentera d'étoffer sa collection dimanche, face à un certain Novak Djokovic.

C'est clairement dans la dimension physique que Stan Wawrinka a fait basculer cette demi-finale. Kei Nishikori avait impressionné en sortant Andy Murray en quarts de finale voilà 48 heures, 7-5 au 5e set. Mais ce combat, certes victorieux, aura aussi creusé la tombe du Japonais, qui n'avait plus suffisamment d'autonomie pour enchainer avec un autre duel de longue durée et d'une intensité comparable. Surtout dans ces conditions très difficiles, entre forte chaleur et humidité redoutable.

Stan Wawrinka

Stan Wawrinka AFP

Nishikori n'en pouvait plus

Le finaliste 2014 a pourtant mieux démarré ce match, en imprimant un tempo infernal. Sa première balle faisait merveille et Wawrinka a visité le court Arthur-Ashe dans tous les sens pendant près d'une heure. Mené 6-4, 2-0, le Vaudois était bien estourbi. Mais sans doute savait-il aussi que le temps jouerait pour lui. "A la fin du premier set, a-t-il confié à Eurosport après le match, j'ai compris que je n'étais pas le seul à souffrir". De fait, au fil des minutes et des jeux, tout est devenu plus compliqué pour Nishikori.

D'abord imperceptiblement, puis inexorablement, Wawrinka a posé la main sur cette demi-finale. Il a d'abord débreaké, puis tenu comme il pouvait son service jusqu'à la fin du deuxième set. Là, dans le 12e jeu, il a sauté sur sa proie. Poussant son adversaire à la faute, le vainqueur de Roland-Garros 2015 a recollé à une manche partout par le biais d'un nouveau break. Dès lors, Wawrinka a toujours été le patron. Même s'il a parfois desserré l'étreinte, un tort face à un joueur aussi coriace que Nishikori, le Suisse a eu le contrôle du match, et du score.

Comme la deuxième manche, la troisième a basculé sur un break de Wawrinka, un poil plus tôt, à 5-4 cette fois. Dans la quatrième, le protégé de Magnus Norman s'est vite envolé pour mener 3-0. Une étourderie a offert un sursis à Nishikori, revenu à 3-2. Mais ce fut le chant du cygne nippon. Vidé, le numéro 7 mondial a concédé deux breaks sur les trois derniers jeux. Il y avait quelque chose d'inexorable dans la prise de pouvoir de Stan Wawrinka au fil de cette rencontre. Mine de rien, le voilà à un match de posséder trois des quatre levées du Grand Chelem à son palmarès. Et s'il y a bien quelqu'un qui sait à quel point le Suisse peut être dangereux, c'est Novak Djokovic. Pas de doute, cette finale promet.

Vidéo - Wawrinka - Nishikori : Les temps forts

02:30
0
0