Getty Images

Margaret et Bianca, les deux combats de Serena

Margaret et Bianca, les deux combats de Serena

Le 07/09/2019 à 20:48

US OPEN – Pour la quatrième fois en deux ans, Serena Williams a l’occasion de s’offrir un 24e titre du Grand Chelem et de rejoindre la marque de référence établie par Margaret Court. Mais après Naomi Osaka l’an dernier sur la même scène, une autre jeune championne sans peur, Bianca Andreescu, se dresse entre elle et l’Histoire du jeu samedi à Flushing Meadows.

Le contexte

Sur le papier, l’affiche est alléchante. Si le public américain rêvait probablement d’un "remake" en forme de revanche de l’édition 2018 entre Serena Williams et Naomi Osaka, la présence de Bianca Andreescu à la place de la Japonaise ne doit rien au hasard. La jeune Canadienne (19 ans) est incontestablement la révélation de cette saison 2019. Au-delà de la 150e place mondiale au début de l’année, elle a connu une ascension extraordinaire. Sortant des qualifications, elle a commencé par une finale à Auckland en janvier, puis a surpris son monde à Indian Wells en s’offrant son premier titre en carrière face à Angelique Kerber.

Invaincue face aux dix meilleures joueuses de la planète tennis, Andreescu compte 44 victoires pour 4 défaites (en incluant son parcours à New York) en 2019. Et elle a étoffé un peu plus son palmarès voici quelques semaines seulement en triomphant devant son public à Toronto, profitant de l’abandon de… Serena Williams, victime de douleurs dorsales. Si l’Américaine a donc été trahie par son corps au Canada, sa jeune adversaire a aussi été contrariée par les blessures cette année. Entre le tournoi de Miami en mars et celui de Toronto en août, Andreescu n’a disputé qu’un match : un 1er tour victorieux à Roland-Garros contre la Tchèque Marie Bouzkova avant de déclarer forfait pour la suite du Majeur parisien.

Vidéo - Deux jeux accrochés puis une démonstration de force : Serena a démoli Svitolina

03:01

Assurée de faire son entrée dans le top 10 la semaine prochaine, qui sait où en serait aujourd'hui la native de Mississauga dans l’Ontario si son épaule droite l’avait laissée en paix ? Vu ses accomplissements, la voir en finale à Flushing Meadows dès sa première participation relève presque d’une certaine logique. C’est dire la nature du phénomène. De l’autre côté du filet, Serena Williams affiche aussi une forme resplendissante du haut de ses presque 38 ans. Et après trois défaites en finale de Grand Chelem (Wimbledon 2018 et 2019, US Open 2018), elle semble plus prête que jamais à rectifier le tir pour aller chercher une 24e couronne majeure devant son public, ce qui lui permettrait de co-détenir le record dans le domaine avec Margaret Court.

"Avant Wimbledon, j’ai eu une semaine de préparation, donc être en finale, c’était incroyable. En Australie, j’étais en forme, j’ai bien joué mais je me suis fait une entorse. Je n’aurais même pas dû me présenter à Roland-Garros. Cette fois, j’ai eu du temps pour m’entraîner, je me suis mieux préparée pour ce tournoi", a prévenu l’Américaine avant ce rendez-vous ultime. Impressionnante à New York, Serena n’a laissé filer qu’un petit set en six matchs, réalisant au passage une véritable démonstration en quart de finale contre Qiang Wang (6-1, 6-0), balayée en à peine trois quarts d’heure. Comme l’an dernier, elle pourrait d’ailleurs bien mettre un terme à sa saison après cette finale. Nul doute qu’elle sera motivée à l’idée de la conclure en beauté.

Vidéo - Le Top 5 points de jeudi : Serena ou l'art de trouver des angles impossibles

01:34

Leur parcours

Serena Williams

1er tour : bat Maria Sharapova (6-1, 6-1)
2e tour : bat Catherine McNally (5-7, 6-3, 6-1)
3e tour : bat Karolina Muchova (6-3, 6-2)
1/8e de finale : bat Petra Martic [22] (6-3, 6-4)
1/4 de finale : bat Qiang Wang [18] (6-1, 6-0)
1/2 finale : bat Elina Svitolina [5] (6-3, 6-1)

Bianca Andreescu

1er tour : bat Katie Volynets (6-2, 6-4)
2e tour : bat Kirsten Flipkens (6-3, 7-5)
3e tour : bat Caroline Wozniacki [19] (6-4, 6-4)
1/8e de finale : bat Taylor Townsend (6-1, 4-6, 6-2)
1/4 de finale : bat Elise Mertens [25] (3-6, 6-2, 6-3)
1/2 finale : bat Belinda Bencic [13] (7-6(3), 7-5)

Face-à-face

Il n’y a eu qu’un précédent entre les deux joueuses au début du mois d’août en finale à Toronto. Si la jeune Canadienne avait mieux démarré la partie, difficile d’en tirer un quelconque enseignement puisque Serena Williams a été contrainte à l’abandon après quatre jeux (3-1, ab.). Ce duel pour le titre à New York sera donc leur vraie première confrontation.

Vidéo - Serena-Andreescu, une finale pliée d'avance ?

01:47

Trois stats à avoir en tête

208. Il y a un an jour pour jour, pendant l’édition 2018 de l’US Open, Bianca Andreescu était 208e joueuse mondiale et n’avait pas joué le tournoi. La Canadienne est la troisième joueuse de l’ère Open à atteindre la finale à Flushing Meadows pour sa première participation et intégrera le top 10 la semaine prochaine quoi qu’il arrive.

7. Bianca Andreescu compte 7 succès contre des joueuses du top 10 en carrière, pour aucune défaite. La Canadienne les a toutes battues cette saison : Caroline Wozniacki à Auckland (6-4, 6-4), Elina Svitolina (6-3, 2-6, 6-4) à Indian Wells, Angelique Kerber à Indian Wells (6-4, 3-6, 6-4) et Miami (6-4, 4-6, 6-1), Kiki Bertens (6-1, 6-7, 6-4), Karolina Pliskova (6-0, 2-6, 6-4) et Serena Williams (3-1, ab.).

101. En s’imposant face à Elina Svitolina en demi-finale (6-3, 6-1), Serena Williams a enregistré sa 101e victoire à l’US Open, égalant le record de Chris Evert. Si elle s’impose en finale, elle s’appropriera seule la marque de référence avec 102 succès à Flushing Meadows.

Elles ont dit

Serena Williams : "Si on m’avait dit en 1999 après mon premier titre ici que je jouerais ma 10e finale plus de vingt ans après, je ne l’aurais pas cru. A 17 ans, je pensais que je prendrais ma retraite à 28, 29 ans. Bianca sait jouer en variations. Vous ne savez jamais ce qu’elle va faire de la balle avant qu’elle ne la frappe. Avant tout, Je l’apprécie en tant que personne, elle est incroyable."

Bianca Andreescu : "Je me souviens que je regardais Serena à la télévision quand j’avais 10 ans. C’est une championne exceptionnelle sur et en dehors du court. Elle se bat pour son 24e titre en Grand Chelem, je suis sûre qu’elle évoluera à son meilleur niveau. Je vais essayer de faire pareil. Et que la meilleure gagne !"

Vidéo - Andreescu - Bencic : Les temps forts

03:04

Le facteur X : Le sang-froid de Serena Williams

Serena Williams jouera sa 33e finale de Grand Chelem samedi. Son expérience à ce niveau est donc inestimable et sa réussite avant son accouchement faisait frémir : l’Américaine a triomphé à 23 reprises lors de ses 29 premières finales, soit plus de 79 % de réussite. Après avoir mis au monde son enfant, elle a rapidement retrouvé le très haut niveau mais a craqué à chaque fois sur la dernière marche. "Mes défaites contre Naomi Osaka ici et Angelique Kerber à Wimbledon en 2018, ça ne compte pas. J’avais un bébé de 8 mois et c’était déjà incroyable d’être en finale", a-t-elle estimé.

Il n’empêche, en y ajoutant son revers au All England Club contre Simona Halep, un constat s’impose : Serena a semblé dépassée à chaque fois, ne réussissant pas à gagner le moindre set lors de ces trois grandes occasions. Prédatrice à sang-froid tout au long de sa carrière, la championne a perdu de son aura et de sa sérénité (sans mauvais jeu de mots) dans les moments décisifs. Mais cette nouvelle faille mentale est peut-être directement liée à l’accumulation des blessures ces derniers mois, comme l’intéressée l’avait elle-même suggéré après sa défaite à Wimbledon. La cadette des sœurs Williams avait estimé avoir besoin de jouer davantage de finales dans d’autres tournois moins importants pour se réhabituer à ces grands moments de tension. Elle l’a fait à Toronto… mais n’a pas pu aller au bout à cause de son dos.

Vidéo - US Open - Andreescu : "J'ai toujours rêvé de ce moment"

01:06

Notre avis

Bianca Andreescu a assurément le tennis pour faire de cette finale un vrai combat. Puncheuse, puissante et féroce compétitrice, la jeune Canadienne n’est pas du genre à se laisser (trop) émouvoir par l’importance de l’événement. Cette saison, elle a emmagasiné suffisamment de confiance dans des grands tournois et face aux meilleures joueuses du monde pour croire en ses chances, y compris contre une légende du jeu qu’elle idolâtrait dans son enfance. Le dur américain est, sans contestation, sa surface de prédilection et son jeu s’y exprime à merveille. En cadence du fond du court, elle peut tout à fait donner la réplique à Serena Williams, grâce à la qualité de son petit jeu de jambes.

Mais une finale de Grand Chelem, c’est autre chose. Et face à tout un public qui ne rêve que de voir sa championne sacrée, il faudra être solide. A 19 ans, Andreescu semble avoir les épaules pour supporter la pression, comme le jeune Juan Martin Del Potro l’avait fait contre Roger Federer voici dix ans sur la même scène du court Arthur-Ashe. Toutefois, Serena est en mission dans ce tournoi et a retrouvé une certaine plénitude sur le plan physique qui la distingue de toutes les autres joueuses du circuit. Au service et en retour, l’Américaine est féroce depuis le début de la quinzaine et elle aura forcément appris de ses trois précédents échecs en Majeurs. Cette fois, nous pensons qu’elle ne manquera pas son rendez-bois avec l’Histoire.

Notre pronostic : Serena Williams en trois sets.

Serena Williams of the United States celebrates her victory against Elina Svitolina of the Ukraine in the Women's Singles Semi-Finals match on Arthur Ashe Stadium during the 2019 US Open Tennis Tournament at the USTA Billie Jean King National Tennis Cente

Serena Williams of the United States celebrates her victory against Elina Svitolina of the Ukraine in the Women's Singles Semi-Finals match on Arthur Ashe Stadium during the 2019 US Open Tennis Tournament at the USTA Billie Jean King National Tennis CenteGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0