Elle était attendue, elle sera au rendez-vous. Rapidement apparue comme l’épouvantail de la partie haute du tableau de cet US Open, Naomi Osaka a assumé son statut dans la nuit de jeudi à vendredi. La Japonaise a mis fin, non sans mal, à la belle aventure de Jennifer Brady en trois sets (7-6, 3-6, 6-3) et 2h08 de jeu, après une demi-finale de haute volée. Bien que défaite, l’Américaine, tête de série numéro 28, a ainsi donné une belle réplique à son adversaire et n’a pas semblé inhibée par l’occasion, elle qui atteignait pour la première fois de sa carrière le dernier carré d’un Grand Chelem. Osaka, elle, espère bien soulever à nouveau le trophée, deux ans après son éclosion au plus haut niveau.

Quel dommage qu'il n'y ait pas eu de public jeudi sur le court Arthur-Ashe... Car la qualité des demi-finales dames l'aurait plus que mérité. Mais Jennifer Brady aurait-elle évolué avec la même liberté si plus de 23000 fans avaient fait un boucan d'enfer (même si c'était pour la soutenir) ? Pas sûr. L'Américaine de 25 ans avait d'ailleurs admis avant même sa demi-finale que le huis clos rendait, en quelque sorte, les choses plus faciles pour elle. Toujours est-il qu'elle s'est montrée à la hauteur de l'événement et d'un match qui s'est joué sur des détails.

US Open
Osaka redevient reine
12/09/2020 À 22:11

Et une deuxième finale à New York pour Osaka : les temps forts de son combat contre Brady

Osaka a su finir fort

Des détails comme cette seule balle de break de la première manche obtenue à 3 partout par Brady qui regrettera de n'avoir pas fait au moins jouer Osaka au retour sur seconde balle. Car sur première, la Japonaise s'est montrée quasi-imprenable (9 aces et 84 % de points gagnés derrière, et même 95 % de réussite au 1er set !). Dans les conditions rapides de cette édition 2020, un tie-break a logiquement départagé les deux joueuses et c'est Osaka qui s'est montrée la plus solide (7 points à 1) et a viré en tête.

Brady a eu le mérite de ne jamais renoncer. Un peu plus passive, la Japonaise a fini par céder son engagement à 3-4 contre elle, au terme d'un superbe échange. Les compteurs étaient remis à zéro. Nullement affectée, Osaka est repartie de plus belle, profitant d'un très court passage à vide adverse pour faire son premier et unique break de la partie (7-6, 3-6, 3-1) et se montrer intraitable au service par la suite. Au cours de cette demie, la tête de série n°4 aura frappé deux fois plus de coups gagnants que de fautes directes (35 contre 17). Des statistiques impressionnantes et presque similaires chez Brady (35 contre 25 erreurs) qui donnent une idée de la qualité de cette demie.

Samedi, Osaka arborera donc son 7e et dernier masque de la quinzaine en hommage aux victimes afro-américaines des violences policières aux Etats-Unis. Pour aller au bout de sa mission, elle devra disposer de Victoria Azarenka, tombeuse plus tard dans la nuit de Serena Williams (1-6, 6-3, 6-3), qu'elle n'avait pas pu affronter lors du Premier 5 de Cincinnati à cause d'une blessure à la cuisse gauche. Voilà qui promet.

US Open
Cette fois, la lutte finale aura bien lieu et elle promet
12/09/2020 À 19:39
US Open
Brady trace sa route
08/09/2020 À 17:28