Le contexte

Ils le savaient avant même le début du tournoi, cet US Open hors norme avait des allures d’opportunité en or. Sans Rafael Nadal ni Roger Federer sur la ligne de départ, la tâche semblait moins insurmontable puisque seul un exploit semblait alors nécessaire : faire tomber le numéro 1 mondial Novak Djokovic, jusqu’alors invincible. Mais disqualifié pour avoir envoyé une balle (involontairement) sur une juge de ligne, le Serbe s’est fait hara-kiri en 8e de finale et a laissé la voie libre. Rapidement favoris respectifs des parties haute et basse du tableau, Alexander Zverev et Dominic Thiem ont su faire respecter la logique.

US Open
Wilander : "Je ne vois pas comment Thiem pourrait ne pas gagner"
12/09/2020 À 21:22

C’est à peu près tout ce qui les réunit, leur élimination d’entrée lors du Masters 1000 de Cincinnati exceptée. Car les deux hommes n’ont vraiment pas laissé la même impression sur les courts rapides de Flushing Meadows. L’Allemand n’a pas livré un match plein de la quinzaine, sauf peut-être lors de son 8e de finale face à Alejandro Davidovich Fokina qui lui a bien facilité la tâche. Son tennis a connu des hauts et beaucoup de bas et il a connu des entames de match catastrophiques en quart et en demi-finale respectivement face à Borna Coric (mené 6-1, 4-1) et Pablo Carreño Busta (mené 6-3, 6-2).

Best of : Le top des coups gagnants de Thiem

Mais le grand Sascha a eu l’immense mérite de ne jamais paniquer, ce qui n’était pas vraiment sa marque de fabrique jusqu’ici en Grand Chelem, il faut bien l’avouer. Pour se qualifier pour sa première finale majeure, il a remonté pour la première fois de sa carrière un handicap de deux sets. Si tennistiquement il a déçu, Zverev semble indéniablement avoir franchi un cap sur le plan mental, comme si sa demi-finale à Melbourne en début d’année avait fait office de déclic. Thiem avait alors mis fin à son aventure australienne et c’est bien l’Autrichien qui lui fera encore face sur le court Arthur-Ashe.

Quand Zverev a abandonné 6 sets dans son parcours, Thiem s’est, lui, baladé, n'en laissant qu’un en route au 3e tour contre Marin Cilic. Dès lors, il a connu une impressionnante montée en puissance. Demandez donc à Félix Auger-Aliassime et Alex de Minaur, éparpillés façon puzzle. Et en demi-finale face à Daniil Medvedev, dans une partie plus accrochée que le résultat brut ne le laisse paraître, la tête de série numéro 2 du tournoi s’est montrée d'une solidité à toute épreuve dans les fins de set pour annihiler les espoirs adverses.

Mais quel que soit le résultat de cette finale, une chose est sûre : cet US Open marquera la fin, au moins provisoire, de l'hégémonie du "Big 3" en Majeurs depuis l’Open d’Australie 2017 (soit 13 tournois d’affilée), et il y aura enfin un vainqueur de Grand Chelem né après 1990.

Leurs parcours

Alexander Zverev

1er tour : bat Kevin Anderson [AFS] : 7-6(2), 5-7, 6-3, 7-5
2e tour : bat Brandon Nakashima [EU] : 7-5, 6-7(8), 6-3, 6-1
3e tour : bat Adrian Mannarino [FRA/N.32] : 6-7(4), 6-4, 6-2, 6-2
1/8e de finale : bat Alejandro Davidovich Fokina [ESP] : 6-2, 6-2, 6-1
1/4 de finale : bat Borna Coric [CRO/N.27] : 1-6, 7-6(5), 7-6(1), 6-3
1/2 finale : bat Pablo Carreño Busta [ESP/N.20] : 3-6, 2-6, 6-3, 6-4, 6-3

Dominic Thiem

1er tour : bat Jaume Munar [ESP] : 7-6(6), 6-3, ab.
2e tour : bat Sumit Nagal [IND] : 6-3, 6-3, 6-2
3e tour : bat Marin Cilic [CRO/N.31] : 6-2, 6-2, 3-6, 6-3
1/8e de finale : bat Félix Auger-Aliassime [CAN/N.15] : 7-6(4), 6-1, 6-1
1/4 de finale : bat Alex de Minaur [AUS/N.21] : 6-1, 6-2, 6-4
1/2 finale : bat Daniil Medvedev [RUS/N.3] : 6-2, 7-6[7], 7-6[5]

Zverev a encore enclenché le mode "remontada" : sa victoire folle contre Carreño Busta

Face-à-face

Le bilan des confrontations précédentes entre les deux hommes tourne largement à l’avantage de Dominic Thiem qui mène 7 victoires à 2. L’Autrichien reste d’ailleurs sur trois succès face à l’Allemand dont deux assez récents en demi-finale de l’Open d’Australie 2020 (3-6, 6-4, 7-6, 7-6) et du Masters 2019 (7-5, 6-3).

Le dernier duel remporté par Alexander Zverev date de la finale du Masters 1000 de Madrid sur terre battue (6-4, 6-4) en 2018. Sur dur, il faut remonter à 2016 et au tournoi de Pékin pour trouver trace d’une victoire allemande (4-6, 6-1, 6-3).

Ils ont dit

Alexander Zverev : "Je suis en finale de Grand Chelem mais il y a encore une marche. Dominic et moi avions joué un match épique en Australie. Je pense que cela va être extrêmement difficile pour moi. Mais j'ai hâte d'y être."

Dominic Thiem : "Si je gagne, j'aurai mon premier Grand Chelem. Et si je ne gagne pas, je devrais probablement appeler Andy Murray pour savoir ce qu'on doit faire en ayant perdu ses 4 premières finales."

Le top 5 des demies messieurs : Medvedev roi de l'amortie, Zverev de la contre-amortie

Le facteur X : Le pied droit de Thiem

Alexander Zverev a passé beaucoup plus de temps sur le court que Dominic Thiem depuis le début de cet US Open - 3h48 pour être précis -, une différence notable qui pèsera peut-être si la finale s’allonge. Mais il est également possible que l’Autrichien ne soit pas à 100 % de ses possibilités physiques dimanche. Lors de sa demi-finale contre Medvedev, il s’est bloqué le pied droit sur un appui, ce qui a entraîné une hyper-extension qui pourrait le gêner.

Selon son physio-thérapeute Alex Stober, la blessure n’est pas préoccupante, de la glace et des bains froids ont permis d’éviter que le pied n’enfle. Thiem sera donc vraisemblablement prêt pour la finale, mais sera-t-il en pleine possession de ses moyens ou gêné ? De ses sensations pourrait dépendre le dénouement de ce tournoi histoirique.

Les 3 stats à retenir

100 %. Dominic Thiem a remporté les 4 tie-breaks qu’il a dû jouer lors de cet US Open, dont 2 en demi-finale contre Daniil Medvedev. C’est dire sa capacité à serrer le jeu dans les moments chauds. Alexander Zverev en a gagné 3 sur 5 de son côté, soit 60 %. Cette statistique pourrait être importante, surtout quand on sait que l’Autrichien avait gagné les deux jeux décisifs face à l’Allemand en demi-finale de l’Open d’Australie.

23. A 23 ans et 4 mois, Alexander Zverev est le plus jeune joueur à atteindre une finale de Grand Chelem depuis Novak Djokovic à l'US Open 2010 (23 ans et 3 mois).

1989. C'est l'année du dernier succès allemand en simple messieurs de l'US Open, oeuvre de Boris Becker. C'était deux mois avant la chute du Mur de Berlin ! Alexander Zverev est né un peu plus de 7 ans et demi après cette performance.

Notre avis

L’enjeu va-t-il tuer le jeu ? La formule est classique et éculée, mais adaptée à cette finale. Un titre du Grand Chelem vous change un statut et, surtout, peut faire office de déclic. La victoire engendre la victoire et la conviction que l’on peut rééditer cette performance majuscule, y compris lorsque le "Big 3" et son aura seront de retour lors des prochains Majeurs. On l’a vu, Dominic Thiem est incontestablement le favori logique de cette partie. D’abord en raison de ce qu’il a montré tout au long de la quinzaine.

C'était un combat acharné et féroce : comment Thiem a asphyxié Medvedev

Jamais l'Autrichien n’était arrivé en finale en ne concédant qu’un set. A Melbourne il en avait lâché 5, comme à Roland l’an passé, et 3 lors de sa première grande aventure du côté de la Porte d’Auteuil en 2018. Pour beaucoup, la demi-finale contre Medvedev avait des allures de finale avant la lettre. Thiem, dans sa capacité à hausser son niveau en fin de set, a montré qu’il avait en fait une certaine marge sur la concurrence, une impression digne de celle laissée ces dernières années par… Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer. Plus que jamais, il apparaît comme leur héritier, et ni le Serbe ni l’Espagnol ne seront là pour l’empêcher d’atteindre son rêve.

Surpuissant du fond, magistral en revers, physiquement quasi-imprenable, Thiem a montré un niveau de jeu et d’agressivité lors de cette quinzaine, sans commune mesure avec celui de Zverev. Et s’il a perdu ses trois premières finales majeures, il est désormais habitué à la tension de ces grands événements. Ce sera en revanche une grande première pour son adversaire allemand. Mais la position d’outsider pourrait plaire au grand Sascha et lui permettre de relâcher son bras qui reste un levier phénoménal sur 1re balle et en coup droit. Une chose est sûre : il devra se montrer bien plus agressif que lors de ses précédents matches pour espérer quelque chose. A Melbourne, il avait montré qu’il pouvait rivaliser, il sait donc ce qui lui reste à faire…

Notre pronostic : Dominic Thiem en 4 sets

US Open
Pourquoi Thiem joue gros dimanche
12/09/2020 À 20:31
ATP Finals
Thiem s’est-il trompé tactiquement ? "J’ai beaucoup slicé et je le referai"
23/11/2020 À 00:06