On le sait, lorsqu’il s’agit de donner des noms d’oiseaux, aussi bien à ses adversaires qu’au public, jusqu’aux membres de son propre clan, Nick Kyrgios n’est jamais le dernier. S’il a pris la bonne habitude de briller, ces dernières semaines, plus sur les courts de tennis que sur les réseaux sociaux, son quart de finale face à Karen Khachanov, programmé dans la nuit de mardi à mercredi, est l’occasion de revenir sur un échange savoureux via tweets interposés, avec le Russe, il y a deux ans presque jour pour jour.
En pleine pandémie de Covid-19, le circuit ATP voit son numéro 1 mondial, Novak Djokovic, au cœur d’une polémique après l’organisation de l’Adria Tour en juin, où de nombreux cas positifs de Covid-19 avaient été recensés. De quoi provoquer l’ire de Kyrgios. Quelques semaines plus tard, la grande gueule australienne se signifie à nouveau en se payant Andy Murray et Mats Wilander, cette fois sur un sujet tout autre que le Covid.
ATP Paris
Djokovic déroule face à Khachanov
03/11/2022 À 18:16

Cet homme est fou : Comment Kyrgios a perdu un point... qu'il avait gagné

A ce moment-là, Karen Khachanov intervient : "Nick, enfin… C’est trop… Montre un peu de respect", intime-t-il à l’éruptif joueur âgé désormais de 27 ans. En voulant défendre les autres, c’est bien le Russe, battu par l’Australien à Melbourne en janvier 2020, qui se prend une balle perdue, au cours de l’échange suivant :
Khachanov : "Je pense vraiment que tu es un bon gars, et je n’ai aucun problème avec toi. Mais quand tu es assis à la maison à écrire des commentaires sur différents joueurs, ça me fait penser à qui a un vrai problème".
Kyrgios : "Donc tu penses que ce que les joueurs ont fait durant la pandémie était intelligent ? J’aimerais avoir une conversation intellectuelle avec toi mais je ne suis pas sûr que ça irait plus loin que sur la façon dont tu peux taper la balle le plus fort. Je tiens juste les gens pour responsables de leurs actions".
Khachanov : "La prochaine fois, avant de parler de mon intellect, lis au moins quelques livres, plutôt que de jouer à des jeux vidéos toute la journée".
Kyrgios : “J’ai aussi aidé à nourrir les gens affamés, et à ouvrir de nouveaux locaux pour permettre aux enfants de rester actifs. Va te renseigner, espèce de pélican".
Un échange savoureux, où l'actuel 25e mondial au classement ATP fait admirer tout son sens de la répartie et de la métaphore. Depuis, les deux joueurs, qui ne se sont plus croisés en matches officiels, n’ont plus refait de vagues. Avant leur quart de finale à venir à Flushing Meadows ? Réponse dans quelques heures.

Le top 5 de dimanche : Kyrgios, Ruud et Garcia font le show

Open d'Australie
"J'espère qu'il sera là, pour le bien du sport" : Kyrgios veut voir Djokovic à Melbourne
28/10/2022 À 15:00
ATP Astana
Djoko, c'est vraiment du costaud
07/10/2022 À 13:42