Un peu plus solide, un peu plus constant et même un peu plus puissant. En mettant bout à bout ces ingrédients pendant cinq sets et 3h39 d'un énorme bras du fer tout au long duquel il ne s'est jamais départi de son sérieux et de sa ligne de conduite, Karen Khachanov a fini par faire la différence face à un Nick Kyrgios qui s'est superbement battu jusqu'au bout mais qui a fini par plier, 7-5, 4-6, 7-5, 6-7(3), 6-4, ce mercredi matin à New York. Le Russe se qualifie ainsi pour sa première demi-finale de Grand Chelem, stade auquel il rejoindra Casper Ruud, vainqueur pour sa part plus tôt (et plus facilement) de Matteo Berrettini.
Après sa victoire face au numéro un mondial et tenant du titre Daniil Medvedev au tour précédent, et vu son niveau de jeu affiché plus largement depuis le début de l'été, l'Australien commençait pourtant à avoir une bonne tête de favori dans cet US Open. Ou pas loin. Mais, peut-être un peu émoussé justement par l'influx laissé ces dernières semaines, paraissant même un peu touché physiquement en début de match – on l'a vu se faire masser la cuisse à la fin du 1er set -, l'Australien a été un peu trop long à se mettre en route et a globalement été un peu trop sur courant alternatif pour mériter la victoire par rapport à son adversaire qui, lui, a été droit dans ses bottes du premier au dernier point.
ATP Paris
Djokovic déroule face à Khachanov
03/11/2022 À 18:16
Khachanov, qui avait perdu ses deux premiers quarts de finale en Grand Chelem (Roland-Garros 2019, Wimbledon 2021) et qui avait perdu face au même Kyrgios un autre énorme combat en cinq sets au 3e tour de l'Open d'Australie 2020, est allé chercher celui-ci à la force du poignet. Il a rivalisé dans la bataille du service (30 aces à 31, 77% de points remportés derrière sa première balle contre 79%), essentiellement parce qu'il a su, justement, mieux retourner que l'Australien. Et il a fait la différence en se montrant plus solide (31 fautes directes contre 58) et capable de saisir les bonnes occasions au bon moment.

Une célébration encore "borderline" : un Kyrgios sans filtre après un lob réussi

Il a ainsi breaké deux fois au meilleur des moments : à 6-5 pour lui dans le 1er set comme dans le 3e set, qui a peut-être été le tournant de ce match. Un peu plus tôt, à 4-4 dans ce 3e set, Kyrgios avait eu en effet deux balles de break qui semblaient cruciales. Il en a manqué une en sortant une attaque de coup droit très "jouable". Et il en a explosé sa raquette au sol, preuve de l'extrême nervosité qui l'habitait à ce moment-là. Khachanov, lui, ne s'est jamais énervé, même après avoir manqué deux premières balles de set à 5-4. Deux jeux plus tard, il raflait la mise et virait en tête.
Nick Kyrgios n'abdiquait pas, loin de là. Simplement, il n'était pas toujours facile à suivre dans ce match. Alors qu'on le pensait en grosse difficulté, il breakait à 2-2 au 4e set, perdait son avantage dans la foulée mais allait finalement remporter ce 4e set à l'issue d'un jeu décisif de toute beauté. Le "momentum", dès lors, semblait avoir basculé de son côté, d'autant qu'il semblait physiquement plus en cannes qu'en début de match, multipliant les prouesses en défense.

Khachanov, le moins bien classé depuis Anderson

Mais c'était pour mieux perdre son service d'entrée de 5e set, un pécule que le "Pélican" allait se garder précieusement au fond du bec. Pourtant, irréprochable, l'Australien se battait jusqu'au bout et mettait une grosse pression pour refaire son retard, obtenant trois balles de break au total dans ce 5e set. L'ancien Khachanov, réputé friable mentalement, aurait peut-être cédé face à tant de pression.
Mais pas cette fois. Au contraire, le Russe se montrait particulièrement costaud au moment de servir pour le match, obtenant deux balles de match avec l'aide de la bande du filet et concluant comme à la parade dès la première. A 26 ans, il sera la tête de série la plus "basse" (n°27) à se qualifier pour les demi-finales de l'US Open depuis Kevin Anderson (n°28) en 2017. Ce sera face à Casper Ruud. Et ce n'était pas forcément la demie attendue.
Open d'Australie
"J'espère qu'il sera là, pour le bien du sport" : Kyrgios veut voir Djokovic à Melbourne
28/10/2022 À 15:00
ATP Astana
Djoko, c'est vraiment du costaud
07/10/2022 À 13:42