Reuters

Nadal fonce, Roddick tombe

Nadal fonce, Roddick tombe
Par Eurosport

Le 28/06/2010 à 19:07Mis à jour Le 29/06/2010 à 11:56

Paul-Henri Mathieu n'a pas pesé lourd face à l'Espagnol Rafael Nadal, en huitièmes de finale de Wimbledon (6-4, 6-2, 6-2). Il fallait aller chercher la performance du jour dans la raquette du Taïwanais Yen-Hsun Lu, qui a éliminé l'Américain Andy Roddick, finaliste en 2009 (4-6, 7-6, 7-6, 6-7, 9-7).

WIMBLEDON - Huitièmes de finale messieurs

Rafael Nadal (ESP/N.2) bat Paul-Henri Mathieu (FRA) 6-4, 6-2, 6-2
Prochain adversaire: Söderling
Robin Söderling (SUE, 6) bat David Ferrer (ESP, 9) 6-2, 5-7, 6-2, 2-6, 7-5

"Je vais bien, ne t'en fais pas"... Inquiétant lors des tours précédents, Rafael Nadal n'a pas tardé à remettre les pendules à l'heure en infligeant une véritable correction à Paul-Henri Mathieu en huitièmes de finale. Peu convaincant face au Néerlandais Haase et l'Allemand Petzchner, le numéro un mondial avait été poussé dans ses derniers retranchements et n'avait pu cacher quelques lacunes évidentes et inhabituelles au retour et au service, notamment en seconde balle. Le clan tricolore s'était donc permis de rêver d'un exploit d'autant plus que le Majorquin avait vu sa blessure au genou droit se réveiller, l'obligeant à d'ores et déjà à déclarer forfait pour le quart de finale de Coupe Davis face à la France.

Ce voeu est malheureusement resté pieu. Paul-Henri Mathieu n'a même jamais réussi à faire douter l'Espagnol tant il a été dominé dans tous les compartiments du jeu. Conscient de ne pouvoir rivaliser en fond de court, le Strasbourgeois a bel et bien tenté à l'image de Petzschner de prendre le jeu à son compte, de saisir la moindre occasion pour se hisser au filet mais il est tombé sur un Nadal retrouvé, qui ne lui a pas laissé la moindre opportunité. "J'aimerais bien avoir mal au genou comme lui", n'a pu s'empêcher de plaisanter PHM à l'issue du match. Il y avait aujourd'hui un monde d'écart entre les deux hommes.

"Je manquais de fraîcheur. Contre un joueur comme lui, qui met une telle pression, on ne peut pas s'en sortir si on n'est pas à 100%"... Marqué physiquement par les batailles livrées au russe Youzhny et au Néerlandais de Bakker, Paulo n'a jamais réussi à faire mal avec ses frappes de balle, ni à trouver la moindre faille dans la cuirasse majorquin. Si ce ne sont deux balles de break concédées lors de don son premier jeu de service, Rafa a par la suite fait un véritable cavalier seul et fait taire tous ses détracteurs : 9 petits fautes directes pour 36 coups gagnants, près de 50% de points remportés sur le service adverse... Il n'y a rien à ajouter. On a retrouvé nadal. Soderling, à la peine face à Ferrer et adversaire en quart de finale, est prévenu.

LA PERF' DU JOUR :

Yen-Hsun Lu (TAI) bat Andy Roddick (USA, 5, finaliste 2009) 4-6, 7-6, 7-6, 6-7, 9-7 en 4h36 de match
Prochain adversaire : Djokovic
Novak Djokovic (SER, 3) bat Lleyton Hewitt (AUS, 15) 7-5, 6-4, 3-6, 6-4

Après sa victoire sur David Nalbandian au 2e tour de l'Open d'Australie en 2009, après sa perf' au premier tour des Jeux Olympiques de Pékin en 2008 où il avait sorti Andy Murray, Yen-Hsun Lu, ambitieux représentant de Taïwan, qui veut être le premier Asiatique à entrer dans le top 10, vient de frapper un énorme coup à Wimbledon. En cinq sets menés sans complexe, il a sorti le finaliste de l'an passé, l'illustre Andy Roddick ! Un jour qui restera dans sa mémoire :

"Aujourd'hui je pense à ma famille et mon père qui est au ciel. Il est décédé en 2000. J'espère qu'il a vu ce match. Quand j'ai gagné je me suis dit: je l'ai fait. Je l'ai fait pour lui, pour ma famille et tous ceux qui m'ont soutenu. Ce qui a fait la différence par rapport à nos précédents matches c'est que je n'ai pas essayé de "surjouer" dans les moments importants. J'ai continué à suivre ma ligne directrice alors qu'avant je cherchais trop à jouer le coup gagnant. Je ne pensais pas gagner le cinquième set car il est un meilleur serveur que moi et qu'il n'y a pas de tie-break à la fin. Mais je me suis dit qu'il fallait que je lutte jusqu'à la fin."

De son côté trouvait sa défaite logique : "Il a servi bien mieux que d'habitude. J'ai eu mes occasions mais je n'en ai pas profité. Pendant trois sets, j'ai joué de façon horrible. Mon service ça allait, je n'ai pas perdu mon engagement de tout le match. Mais mon retour a été catastrophique. C'était mieux au cinquième mais quand on s'est mis dans un trou il est difficile d'en sortir. Je ne suis pas choqué, ce n'est pas le mot, c'est difficile à décrire. Je suis certain que vous trouverez le mot adéquat."

0
0