AFP

"Ma carrière n'est pas finie"

"Ma carrière n'est pas finie"
Par Eurosport

Le 07/07/2012 à 19:55Mis à jour Le 09/07/2012 à 10:21

Revigorée par le gain de son cinquième titre à Wimbledon, deux ans après le dernier, Serena Williams annonce qu'elle est de retour. Encore une fois.

Serena Williams est intenable. Telle une enfant de "douze ans" selon ses propres dires, au moment d'ouvrir ses cadeaux de Noël, l'Américaine saute de joie avec son trophée en main. Non contente d'avoir remporté son quatorzième titre en Grand Chelem, la sixième joueuse mondiale, bientôt numéro quatre, a égalé sa soeur Venus en gagnant Wimbledon pour la cinquième fois de sa carrière samedi à l'issue d'une finale plus disputée que prévu contre la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-1, 5-7, 6-2). "Il a fallu que je te copie de nouveau", a lancé l'Américaine à son aînée, numéro un mondiale et vainqueur en Grand Chelem avant la lauréate du jour, qui assistait au match dans les tribunes du Central.

Du haut de ses trente ans, Serena a été submergée par l'émotion après sa nouvelle victoire forte en symbole. Il s'agissait de sa première victoire majeure depuis un grave problème de santé, une embolie pulmonaire, qui avait fait craindre pour sa vie en février 2011. "J'ai passé de très mauvais moments. J'ai eu un tube dans l'estomac, j'ai eu un problème au poumon, j'ai eu deux opérations au pied, ça fait beaucoup. L'année dernière, j'étais 200e mondiale, c'est un retour incroyable", a souligné cette championne dont le dernier titre majeur remontait à l'édition 2010 de Wimbledon, avant que des pépins physiques en cascade l'aient sortie du circuit plusieurs mois. Cette année, elle n'a pas fait les choses à moitié en remportant le simple, puis le double, comme en 2002 et 2009. C'est également son cinquième titre en double dames avec sa soeur Venus.

"C'est le début d'une grande période"

Joueuse en activité la plus titrée sur le circuit WTA (42), Serena est désormais à quatre unités de deux autres légendes, Martina Navratilova et Chris Evert, et rien ne dit qu'à trente ans l'Américaine ne pourra pas les rejoindre. "Tous les titres sont spéciaux, mais celui-là l'est encore plus. Je ne peux pas expliquer à quel point je voulais gagner ici. Je me suis sentie en grande forme physique pendant tout le tournoi. C'est le début d'une grande période. Ma carrière n'est pas finie." Désormais entourée par Patrick Mouratoglou comme conseiller spécial depuis quelques semaines, l'Américaine a retrouvé un nouveau souffle et le sourire, un mois après sa désillusion au premier tour de Roland-Garros face à Virginie Razzano.

Il faut dire que Serena Williams n'en est pas à son premier retour en grâce. L'Open d'Australie a été déjà le théâtre d'une renaissance de l'Américaine en 2007 alors qu'elle était 81e mondiale. "Je n'aime pas trop le gazon à vrai dire. Je n'aime pas les faux-rebonds. Mais pour une raison ou pour une autre je réussis bien ici. C'est le début de quelque chose de grand." La place de numéro un mondiale, retournée à Victoria Azarenka après être passée entre les mains de Maria Sharapova, ne serait-elle pas son prochain objectif ? "Pourquoi pas? Je ne me suis jamais sentie aussi bien..." Tellement bien que, quelques heures après son sacre en simple, elle remportait l'épreuve en double avec sa soeur Venus. Un succès net, en deux sets, face aux Tchèques Andrea Hlavackova et Lucie Hradecka (7-5, 6-4). Tant qu'elle sera sur le circuit, Serena Williams sera aussi intenable qu'imprévisible.

0
0