Panoramic

Wimbledon 2014 : Andy Murray abandonne son titre contre Grigor Dimitrov dès les quarts

Murray n'était pas dans son assiette, Dimitrov en a profité

Le 02/07/2014 à 16:30Mis à jour Le 02/07/2014 à 18:06

Tenant du titre à Wimbledon, Andy Murray a abandonné sa couronne en quarts de finale, face à Grigor Dimitrov (6-1, 7-6, 6-2). Le Bulgare est en demi-finales d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière.

Un vent de jeunesse souffle sur ce Wimbledon. Après le numéro un mondial Rafael Nadal, battu mardi par Nick Kyrgios, c’est au tour du tenant du titre Andy Murray d’avoir été emporté par Grigor Dimitrov (6-1, 7-6, 6-2). Jusque-là impressionnant dans ce tournoi, l’Ecossais pourra se reprocher son entame de match timide, aux antipodes de ce qu’il avait par exemple proposé face au gros frappeur Kevin Anderson au tour précédent, ou contre la "mobylette" espagnole Roberto Bautista Agut. Cette fois, Murray a été particulièrement long à entrer dans sa partie. Il lui aura fallu une heure, précisément. Le temps d’être mené 6-1, 4-3, break dans le dos, et d’afficher vingt fautes directes et 27% de réussite en seconde balle.

Lent dans les déplacements, en manque de toucher, l’Ecossais était frustré… au point de lâcher un cri rageur, le poing brandi, quand il a enfin réussi à breaker son adversaire, revenant par la même occasion à la hauteur, à 4-4. Encore fragile, le tenant du titre a sauvé deux nouvelles balles de break à 5-5, 15-40, se mettant progressivement au diapason d’un excellent Grigor Dimitrov. Il aura fallu deux volées magistrales de ce dernier – alors qu’il n’était jusque-là monté que très rarement ! – pour que le Bulgare force la différence en fin de jeu décisif, 7 points à 4.

" Une fois le deuxième set gagné, j'ai su lui laisser la tête sous l'eau"

A deux sets à rien, Murray et son staff pouvaient toujours se raccrocher aux états de service de l’Ecossais, qui a déjà gagné sept fois par le passé en remontant un tel retard, dont la dernière pas plus tard que l'an passé, au même stade des quarts de finale à Londres, face à Fernando Verdasco. Mais le Murray de cette année n’a pas grand-chose à voir avec le millésime 2013 : moins de victoires engrangées, pas le moindre titre à se mettre sous la dent et, malgré un net regain de forme depuis le Masters 1000 de Rome, moins de confiance accumulée.

Dimitrov, lui, est au contraire en pleine bourre : déjà vainqueur de trois tournois cette année, récent champion du Queen’s, l’élève de Roger Rasheed n’a pas relâché l’étreinte dans le troisième set et a encore breaké Murray à deux reprises, portant son nombre de breaks réussis à cinq au total... alors que l’Ecossais n’avait jusque-là perdu son service que trois fois en quatre matchs précédents ! Sèchement battu en trois sets et deux heures de jeu, Andy Murray n’avait plus perdu si tôt à Wimbledon depuis l’édition 2008, à l’époque contre Rafael Nadal.

"Ce n’est pas facile de jouer Andy ici. On sent bien qu’il évolue à domicile, a ensuite commenté le vainqueur du jour, auteur de 32 coups gagnants et 10 aces, pour 18 fautes directes. C’est vrai qu’il m’a aidé au premier set, où c’était presque facile pour moi. La suite a été plus dure mais, une fois gagné le deuxième set, j’ai su rester très concentré, bien dans mon match, et lui laisser la tête sous l’eau." Attendu de longue date, Grigor Dimitrov signe, à 23 ans, sa première victoire sur un membre du Top 10 dans le cadre du Grand chelem. Surtout, ce succès de prestige lui ouvre les portes de sa première demi-finale majeure. Cerise sur le gâteau : à la publication du prochain classement ATP, le Bulgare deviendra à son tour l'un des dix meilleurs mondiaux… devant Andy Murray.

Dimitrov

DimitrovEurosport

0
0