AFP

Accroché par Anderson, Djokovic devra terminer son huitième mardi

Accroché par Anderson, Djokovic devra terminer son huitième mardi

Le 06/07/2015 à 22:08Mis à jour Le 06/07/2015 à 23:29

WIMBLEDON - Mené deux sets à rien après deux heures de jeu face à Kevin Anderson, Novak Djokovic a égalisé à deux manches partout avant de voir son match des huitièmes de finale interrompu par la nuit (6-7, 6-7, 6-1, 6-4). Marin Cilic attendra encore avant de connaître son adversaire au prochain tour.

Novak Djokovic fait durer le suspense sur le gazon londonien. Le tenant du titre a vacillé pendant deux sets et quasiment deux heures de jeu face à Kevin Anderson en huitièmes de finale, avant de se remettre dans le droit chemin avec sang-froid dans les deux suivants une heure plus tard (6-7, 6-7, 6-1, 6-4). Commencé sur le court N.1, ce match se terminera ainsi mardi au même endroit (dès 13h), les deux hommes n'ayant pas eu l'occasion de terminer sur le court central doté d'un toit, comme Simon et Monfils samedi soir.

Arrivé en huitième de finale sans perdre le moindre set en trois matches, Djokovic a fait une première grimace en concédant la première manche face à Kevin Anderson. Pas en réussite sur ses balles de break et peu inspiré au filet, le Serbe a vu son adversaire prendre l'avantage en enlevant le premier jeu décisif (8/6). Sa mine s'est considérablement allongée lorsque le second jeu décisif lui a également échappé des mains sur le même score (8/6).

Djokovic furieux, Anderson soulagé

Mais avec un calme olympien, le Serbe s'est remis au travail consciencieusement. D'abord dans le troisième set, remporté 6-1, puis dans le quatrième, empoché 6-4. En 65 minutes, il avait déjà refait son retard en haussant considérablement son niveau de jeu. Anderson a pu en juger, lui qui n'a eu aucune balle de break à se mettre sous la dent durant la dernière heure de jeu, contre six dans les deux premiers sets. De mieux en mieux, Djokovic ne pouvait être que furieux de devoir interrompre cette partie qui aurait pu l'envoyer vers Marin Cilic en quart de finale. Anderson, un peu plus soulagé.

Il faut remonter à 2001 (l'élimination de Pete Sampras par Roger Federer) pour trouver trace d'une élimination de la tête de série N.1 du tournoi londonien à ce niveau. Il faudra qu'Anderson soit costaud pour réaliser cela en sortant le numéro un mondial, qui vise la passe de trois à Londres et qui reste sur 24 quarts d'affilée en Grand Chelem depuis sa sortie à Roland-Garros en 2009. A 29 ans, le 14e joueur mondial, lui, n'a jamais atteint les quarts d'un des tournois majeurs.

Novak Djokovic - Kevin Anderson

Novak Djokovic - Kevin AndersonReuters

0
0