AFP

"C'est comme s'il avait le vent dans le dos" : Federer s'est senti impuissant

"C'est comme s'il avait le vent dans le dos" : Federer s'est senti impuissant
Par AFP

Le 12/07/2015 à 21:23Mis à jour Le 12/07/2015 à 22:45

WIMBLEDON - Roger Federer a assuré avoir toujours "faim" et être toujours "motivé" après sa défaite dimanche en finale de Wimbledon contre le n°1 mondial Novak Djokovic en quatre sets (7-6 (7/1), 6-7 (10/12), 6-4, 6-3).

Qu'on ne cherche pas chez Roger Federer le moindre découragement. Le Suisse a beau avoir perdu, à bientôt 34 ans, une deuxième finale consécutive dans son tournoi fétiche, il n'a pas tiré une croix sur l'éventualité de gagner un tournoi du Grand Chelem. "J'ai toujours faim, je suis toujours motivé, a expliqué le n°2 mondial après le match. C'est un privilège d'être ici. J'aurais voulu gagner, évidemment, mais Novak était très bon. Il le mérite."

L'homme aux 17 titres majeurs - record absolu chez les messieurs - a assuré qu'il reviendrait l'année prochaine à Londres. "Tout est organisé pour moi mais le chemin sera encore long pour revenir en finale", a toutefois nuancé le Bâlois, qui n'a plus été titré en Grand Chelem depuis sa dernière victoire dans le temple du tennis en 2012.

Roger Federer - Wimbledon 2015

Roger Federer - Wimbledon 2015AFP

Sur le Court Central, il a été battu pour la deuxième année d'affilée en finale par Djokovic. "Je pense que le match était très serré, surtout lors des deux premiers sets et au début du troisième, a décrypté Federer. Après l'interruption (pour cause de pluie à 3-2 pour Djokovic dans le troisième set), j'ai encore eu des occasions pour revenir. Malheureusement je n'ai pas pu les saisir et il a continué à bien jouer."

" "Il a été très fort dans les moments importants, ça a fait la différence." "

"Au quatrième set, il s'est relâché. Il a tenté plus de choses, a ouvert son jeu et quand il joue comme ça, il est encore meilleur", a ajouté Federer, lucide. Avant de conclure sa conférence de presse en disant tout son sentiment d'impuissance face à la puissance du Serbe : 'C'est comme s'il avait le vent dans le dos. C'est dommage que je n'ai pas pu rester encore un peu à sa hauteur car il y avait une possibilité de renverser le match... Enfin, je pense."

0
0