Getty Images

Richard Gasquet éliminé par David Ferrer au 1er tour

Peu inspiré, Gasquet rend déjà son tablier

Le 04/07/2017 à 15:36Mis à jour Le 04/07/2017 à 16:03

WIMBLEDON - La saison compliquée de Richard Gasquet se poursuit. Blessé à Roland-Garros, le Biterrois a été éliminé par David Ferrer dès le premier tour du tournoi londonien. Sans inspiration face au Valencian, le double demi-finaliste a cédé en quatre manches et 3h de jeu sur le court N.12 (6-3, 6-4, 5-7, 6-2). C'est la première fois depuis 2006 que Gasquet s'arrête dès le 1er tour à Wimbledon.

C’est déjà terminé pour Richard Gasquet. Complètement passé à côté de sa rencontre, le Français s’est incliné dès le premier tour de cette édition 2017 de Wimbledon, lundi à Londres, et a complété le mauvais début de journée des Français. Battu en quatre manches par un David Ferrer très solide (6-3, 6-4, 5-7, 6-2), après 2h54 de combat, la tête de série N.22 du tournoi a affiché son plus mauvais visage, celui qu’on a souvent aperçu cette saison.

Cette sortie prématurée du Biterrois constitue une véritable surprise, mais elle a été d’une logique implacable. Jamais Gasquet n’a été le patron de cette rencontre où il a couru après le score. C’est la première fois depuis 2006 et sa défaite contre Roger Federer que le Biterrois disparaît aussi tôt à Wimbledon. C’est une petite secousse, tant Ferrer, en nette perte de vitesse depuis plus d’un an et pas à l'aise sur gazon depuis quatre ans, faisait figure de victime toute trouvée.

Irrégulier, attentiste, déréglé en coup droit et bloqué en revers

Très irrégulier au service, attentiste dans l’échange pendant les deux premières manches, déréglé en coup droit et bloqué en revers, le Français a tout fait de travers et laissé son adversaire s’installer aux commandes. Breaké à 3-4 dans le premier set, le 27e joueur mondial ne s’est jamais remis de la perte de son engagement.

La deuxième manche rapidement perdue, Gasquet a pourtant sonné la révolte. Plus enclin à prendre la balle tôt et accélérer le rythme, il est enfin parvenu à jouer son jeu et mis le doute dans l’esprit de Ferrer, qui a laissé échapper la troisième manche, avant de montrer des signes de fatigue. C’est au moment où les courbes de forme ont croisé leur chemin, que le Tricolore a définitivement craqué. Le break concédé à 2-2 dans le 4e set a achevé les derniers espoirs de l’ancien double demi-finaliste du tournoi (2007, 2015).

Il faut rendre hommage à David Ferrer. En manque de confiance, de sensations, de résultats en 2017, le joueur de Valence a retrouvé une ligne de conduite et de la régularité au moment où on s’y attendait le moins. Très régulier au service, fort derrière sa première balle et même derrière la seconde, le 39e joueur mondial a joué un de ses matches les plus complets de la saison. Même au bord du précipice, le "Pou", increvable, s’accroche toujours.

0
0