Getty Images

Cette fois, Paire ne doit pas laisser passer le quart

Cette fois, Paire ne doit pas laisser passer le quart

Le 07/07/2019 à 15:48Mis à jour Le 07/07/2019 à 15:52

WIMBLEDON - Parvenu à se hisser en huitièmes de finale du tournoi de Wimbledon, Benoît Paire peut légitimement espérer rallier les quarts d’un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. A condition de ne pas connaître la même désillusion qu’à Roland-Garros il y a un mois… et de venir à bout de Roberto Bautista Agut, l’une de ses bêtes noires.

Il est des défaites difficiles - pour ne pas dire impossibles - à digérer. Celle concédée par Benoît Paire, le 3 juin dernier à Roland-Garros, en fait assurément partie. Opposé à un Kei Nishikori loin d’être souverain, le Français a bataillé, pendant cinq sets et sur deux jours, avec l’espoir de décrocher le premier quart de finale de sa carrière en Grand Chelem. Il a même servi pour le gain du match. Mais l’Avignonnais n’a pas su saisir cette opportunité. Il l’a même complètement laissée filer et, en fin de compte, c’est le Japonais qui s’est imposé (6-2, 6-7, 6-2, 6-7, 7-5).

Physiquement et mentalement, Paire est prêt

Sûr de sa force et en pleine confiance, Paire est convaincu de pouvoir s’inviter en quarts. "Si je suis en deuxième semaine, c’est aussi pour essayer de passer ce tour, a-t-il avoué en conférence de presse. Face à Bautista Agut, ce sera quand même un match jouable. Il va falloir faire un gros match. Grâce aux deux jours de repos, je ne suis pas trop fatigué. Ça va être un beau combat." Avant d’ajouter : "Je n’ai pas réalisé d’exploit mais je n’ai pas non plus fait de matchs trop durs, susceptibles de laisser des traces. C’est un nouveau challenge, je suis prêt à le relever, excité par ce match."

Benoît Paire à Wimbledon

Benoît Paire à WimbledonGetty Images

Le joueur de 30 ans a également mesuré les progrès accomplis au fil des mois. Sur le plan physique comme au niveau du mental. Ce qu’il avait déjà laissé entendre du côté de la Porte d’Auteuil. "Mentalement je suis mieux, j’arrive à gérer mes émotions, a souligné Paire. Physiquement, je suis capable d’enchaîner des matchs et d’arriver en deuxième semaine plutôt frais, sans être complètement éclaté. D’habitude, au bout du deuxième ou du troisième tour, c’est très dur, alors que là physiquement je suis bien. Dans la tête, j’ai su tenir."

"Il mène 8-0, mais ce n’est pas ça qui me fait peur"

Les signaux envoyés incitent donc plutôt à l’optimisme. Une statistique assez préoccupante doit néanmoins être prise en compte : en huit confrontations (dont six sur le circuit principal), le Vauclusien s’est toujours incliné face à Roberto Bautista Agut. Leur seule opposition sur gazon avait d’ailleurs eu lieu à Wimbledon, en 2015. Mené de deux manches, l’Espagnol avait alors réussi à renverser son adversaire (2-6, 4-6, 6-3, 6-3, 6-3).

L’ancien coéquipier de Stan Wawrinka en double n’aborde toutefois pas ce duel avec crainte, bien au contraire. "Je sais que j’ai progressé en coup droit, en revers, au service, a-t-il affirmé. J’ai les capacités pour gagner. C’est du 50-50. Il mène 8-0, mais ce n’est pas ça qui me fait peur. J’ai évolué, je suis un autre joueur." Pour allier la parole aux actes et définitivement montrer qu’il a changé de catégorie, Benoît Paire sait ce qu’il lui reste à faire. La France compte sur lui.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0