Ashleigh Barty est la nouvelle reine de Wimbledon. Malgré un service quelque peu défaillant, l’Australienne remporte son deuxième tournoi du Grand Chelem après Roland-Garros en 2019. Pour cela, elle a su maîtriser ses émotions pendant 1h56 face à Karolina Pliskova (6-3, 6-7, 6-3). Gagner le Grand Chelem londonien était le rêve d’enfant de Barty, elle le réalise 41 ans après la victoire de la dernière australienne, Evonne Goolagong.
Roland-Garros
Jeanjean en plein rêve : "Même moi, je n'ai pas d'explication"
26/05/2022 À 12:30
Mais pour arriver à ce bonheur ultime, Ashleigh Barty à fait durer le suspense. Bien mieux rentrée dans cette finale qu’une Karolina Pliskova tendue, elle a ainsi remporté les quatorze premiers points de cette finale et a rapidement mené 4-0. Mais c’est ensuite elle qui a été rattrapée par la pression quand la Tchèque libérait petit à petit son bras. Malgré deux breaks de Pliskova, elle a su conserver une partie de son avance pour remporter le premier set (6-3, 28 minutes).

Barty plus forte que la tension

Forcément, quand la numéro un mondiale a fait le break dès le troisième jeu du deuxième set, certes bien aidée par deux doubles fautes de Pliskova, on a cru que cette finale serait expéditive. Sauf que... Sauf que Barty a manqué de sérénité sur ses mises en jeu (sept doubles fautes) et a laissé la Tchèque revenir une première fois à hauteur sur un break blanc (3-3). Alors quand elle a profité d’un craquage de Pliskova à 5-5, 40-0, et notamment une volée de revers manquée alors qu’il n’y avait qu’à conclure, c’était le break décisif. Évidemment. Encore raté.
Une double faute et trois fautes en coup droit, Barty a déjà connu meilleur jeu de service au moment de conclure un match. Mais on ne sert pas tous les jours pour remporter Wimbledon. À partir du tie-break, Karolina Pliskova a invoqué l’aide de la bande du filet pour tenter d’inverser la tendance. C’est encore sur une double faute que l’Australienne a laissé échapper ce set (6-7, 49 minutes). Retour à la case départ.
Mais Barty a fait parler sa science du jeu sur gazon en usant de son slice de revers tout au long de la rencontre. Bien repartie, elle a réalisé le break d’entrée pour rapidement mener 3-0. Un avantage qu’elle a su conserver jusqu’au bout (6-3, 39 minutes) afin de remporter ce tournoi si cher à son cœur. Après avoir triomphé chez les Juniors en 2011, Ashleigh Barty récidive dix ans après chez les "grands" pour assurer la succession australienne de sa mentor, Evonne Goolagong.
Open d'Australie
Le Top 5 de Barty à Melbourne : smash, lob imparable, passing en bout de course...
31/01/2022 À 11:21
Open d'Australie
Consacrée à domicile, Barty met fin à une attente de 44 ans
29/01/2022 À 10:16