Entre Rafael Nadal et Taylor Fritz, c'est décidément une histoire de "drama", une histoire de blessures ! Souvenez-vous : en mars dernier, en finale d'Indian Wells, l'Américain avait infligé sa toute première défaite de l'année à un Rafael Nadal qui venait alors de se déchirer un muscle intercostal pour battre son compatriote Carlos Alcaraz en demie. L'Espagnol en avait été quitte pour une absence d'un mois et demi. Ce mercredi, en quart de finale de Wimbledon, il a bien cru que le cauchemar allait se reproduire puisqu'il s'est blessé aux abdominaux dès le début du match, au point de sembler au bord de l'abandon au milieu du 2e set.
Sauf que Rafa, avec l'aide d'une intervention médicale salvatrice, avec l'aide aussi d'un adversaire bien conciliant et incapable de l'achever, a fait avec les moyens du bord pour rester en vie on ne sait trop comment tout au long du match pour finalement crucifier son adversaire tout au bout du super tie-break du 5e set, s'imposant en cinq manches (3-6, 7-5, 3-6, 7-5, 7-6) en 4h21. L'Espagnol se retrouve ainsi quasi-miraculeusement en demi-finale de Wimbledon comme lors de ses deux dernières apparitions, en 2018 et 2019 (battu alors par Novak Djokovic et Roger Federer). Il y retrouvera son "vieil ennemi" Nick Kyrgios et très franchement, il va falloir préparer les pop-corn.
Wimbledon
De Groot : "Je n'avais pas imaginé que le tennis fauteuil changerait autant"
14/07/2022 À 12:35
Comment se fait-il que Rafael Nadal soit encore en vie dans ce tournoi, ce mercredi soir, pour tenter de devenir à 36 ans le vainqueur de Wimbledon le plus âgé de l'ère Open - il est pour l'heure le troisième plus âgé à atteindre les demies après Ken Rosewall et Roger Federer - et poursuivre ainsi ses rêves de Grand Chelem ? Il le doit à sa légendaire combativité, bien sûr. Mais il le doit aussi à un adversaire qui n'a pas réussi à l'achever et qui s'est laissé déconcentrer comme un "bleu" par les atermoiements physiques de son adversaire.

Nadal a serré les dents, Fritz a serré le jeu : le résumé de la finale

Car après un départ canon (3-1, 0/30), on comprit vite que Rafa avait un souci quand on le vit perdre les cinq jeux suivants en multipliant les fautes directes. La blessure devint évidente quand on le vit se faire encore remonter de 3-0 à 3-3 dans le 2e set, se tenir les genoux après un premier service manqué puis prendre un temps mort médical hors du court à 4-3 en sa faveur. Le pied ? Non, les abdos…
Tandis que son clan l'enjoignait d'abandonner, Rafa voulut essayer, même si à son retour sur le court, il semblait incapable de servir et à peine plus d'aller chercher les balles. Mais Fritz se montra alors d'une coupable allégeance en "oubliant" de finir ce 2e set. Progressivement, sans doute grâce à l'effet des anti-douleurs, Nadal retrouva un peu plus de mobilité, suffisamment pour faire un break décisif et conclure ce 2e set. En soi, c'était déjà incroyable.

Rafael Nadal avec le physio lors de son quart contre Taylor Fritz

Crédit: Getty Images

Souvenez-vous, les abdos de Djoko...

Mais on n'avait encore rien vu. Un break rapide dans le 3e set permettait à Fritz de se détacher deux sets à un et l'on se disait qu'après avoir un peu tergiversé, il avait retrouvé ses esprits à temps pour plier tout ça. Que nenni. La dramaturgie atteint des sommets dans le 4e set émaillé de cinq breaks et dans lequel l'Américain, après être pourtant passé de 2-4 à 5-4 en sa faveur (passant même à trois points du match dans ce jeu), retomba dans ses travers. Une nouvelle fois, Nadal jaillit de sa boîte pour revenir à deux sets partout.
Le 5e set fut probablement le meilleur de tous, sans être parfaitement linéaire non plus. Nadal, quelque peu revigoré et davantage capable de lâcher sa première, parut prendre un avantage décisif lorsqu'il breaka à 3-3. Mais Fritz, dans un beau sursaut, revint aussitôt, et l'affaire finit donc par se conclure au super tie-break. Plus solide mentalement, l'Espagnol creusa tout de suite l'écart (5-0) mais fut tout heureux quand même de voir son adversaire sortir un revers alors qu'il était parvenu à revenir à 5-3. Rafa ne perdit alors plus qu'un seul point pour conclure finalement d'un dernier enchaînement service/coup droit (10 points à 4)
Pauvre Taylor Fritz, qui va probablement "cauchemarder" d'abdominaux toute la nuit puisque, souvenons-nous, c'était déjà face à lui que Novak Djokovic s'était blessé aux abdos au 3e tour lors de son Open d'Australie victorieux en 2021, avant de l'emporter en cinq sets et de s'adjuger le titre. Rafael Nadal peut-il réussir le même exploit ? Difficile à dire encore en l'absence de bulletin médical précis, et soyons-sûrs qu'on ne l'aura pas avant la fin du tournoi. Mais l'Espagnol avait l'air quand même passablement touché. Et il s'agira de ne pas l'être en demies face à un Nick Kyrgios de son côté tout feu, tout flamme pour battre Cristian Garin.
En attendant, Rafael Nadal reste invaincu en quart de finale à Wimbledon et se hisse pour la 8e fois en demi-finale dans le Temple, égalisant ainsi le "score" de John McEnroe et Pete Sampras. Pas mal, pour un terrien et avec un abdo en moins.
Wimbledon
McEnroe : Kyrgios "aurait besoin de Sigmund Freud"
12/07/2022 À 16:28
Wimbledon
"Il n'y avait qu'un joueur pour battre Djokovic à Wimbledon : c'était Nadal"
12/07/2022 À 15:45