AFP

Masters 2013 - Djokovic domine Federer au Masters et reste en course pour la place de N.1

Djokovic ne perd pas la main
Par Eurosport

Le 05/11/2013 à 23:37Mis à jour Le 06/11/2013 à 00:14

Trois jours après une demie victorieuse à Bercy, Novak Djokovic a remis ça face à Roger Federer au Masters de Londres mardi soir (6-4, 6-7, 6-2), signant un 18e succès de rang, nouveau record sur sa saison. Et le Serbe maintient toujours un faible espoir de reprendre la place de numéro un mondial à Rafael Nadal en fin d'année.

Novak Djokovic a l'art de faire durer le suspense. Dans la foulée de son titre à Bercy, le Serbe a dominé Roger Federer une deuxième fois en quatre jours (6-4, 6-7, 6-2) pour se lancer idéalement au Masters de Londres où il est tenant du titre. Et également pour entretenir encore cette chance toute mince de doubler Rafael Nadal au classement ATP. S'il n'en est pas encore là, le Serbe a fait l'essentiel en enchaînant un 18e succès sur le circuit ATP, série record pour lui cette saison. S'il avait perdu mardi soir, Djokovic se serait condamné à rester numéro deux en fin de saison. En gagnant, il laisse à Nadal le soin de se sacrer tout seul à condition de dominer Wawrinka mercredi ou Berdych vendredi.

Au milieu de ce pas de deux, Roger Federer n'a pas été que spectateur. Le Suisse a été très bon au service lors de la première manche... jusqu'au dixième jeu. Malgré 90% de réussite derrière sa première balle, il a cédé le seul break du set sur une mise en jeu bien moins maîtrisée. Une brèche dans laquelle s'est engouffré Djokovic pour empocher le premier acte (6-4). Dans le deuxième set, Federer a remis un coup de pression en prenant le service adverse à deux reprises, mais le Serbe a refait son retard à chaque fois, effaçant même une balle d'égalisation à une manche partout à 5-4. Poussé dans un jeu décisif, le numéro deux mondial n'a toutefois pas été capable de conclure en deux sets, le Suisse retrouvant toute sa superbe (7/2).

Alors que les jambes commençaient à devenir lourdes, Djokovic a pris un avantage décisif d'entrée de troisième manche en prenant le service de son adversaire. Un break, puis deux ont fini de tuer ce match où le Serbe a été un modèle de solidité. Encore une fois. Ce n'est pas sa 18e victoire consécutive qui dira le contraire. Ni même Federer, dominé pour la troisième fois de suite par le même homme, qui n'avait plus perdu son premier match au Masters depuis l'édition 2008, la seule où il n'était pas parvenu à sortir des poules.

0
0