Une démonstration et une confirmation : le phénomène Iga Swiatek a encore frappé sur terre battue. La Polonaise 19 ans (bientôt 20 le 31 mai), dont l'état de forme et de confiance suscitait quelques interrogations avant cette semaine romaine, a apporté la plus cinglante des réponses dimanche en éparpillant Karolina Pliskova, 9e joueuse mondiale, en finale (6-0, 6-0) en 46 minuscules minutes. Elle est ainsi allée chercher le troisième titre de sa carrière et le premier en WTA 1000, tout ceci à deux semaines d'entamer la défense de son titre à Roland-Garros (30 mai-13 juin), et intégrera le Top 10 lundi pour la première fois de sa jeune carrière.
Karolina Pliskova n'avait jamais croisé la route d'Iga Swiatek sur le circuit avant ce dimanche. La grande Tchèque se souviendra assurément de cette première, mais pas pour les bonnes raisons. Sans solution, amorphe et totalement dépassée par une joueuse en totale maîtrise de son tennis sur ocre, elle n'a pu marquer que 13 petits points, et pas le moindre jeu. Après un début de saison compliqué, elle s'était rassurée cette semaine, mais elle a à nouveau sombré sur le court central de Rome où il y avait un monde d'écart entre les deux joueuses.
Wimbledon
Barty nouvelle reine du Centre Court
10/07/2021 À 15:04

En mode Roland 2020, Swiatek a fait une exhibition de tennis sur terre battue

A la manière d'un Rafael Nadal, son idole, Swiatek trépignait dès le toss d'avant-finale. Et dès le premier jeu, blanc sur son service, elle a envoyé un message clair : toute sa palette de coups allait y passer. Du revers long de ligne gagnant à l'amortie en passant par son fameux coup droit lifté, la Polonaise a posé les jalons d'une exhibition de tennis sur terre battue. Face à elle, Pliskova, raide et statique n'a pu que constater les dégâts. D'autant que la Tchèque s'est privée de sa meilleure arme : son service. Avec quatre doubles fautes dès ses deux premières mises en jeu et 50 % de premières balles seulement, elle a aussi bien aidé sa brillante adversaire à prendre son envol.
Mais si Pliskova a été autant hors-sujet, c'est aussi et surtout en raison de la pression constante mise par Swiatek qui n'a commis que 5 petites fautes directes pour 17 coups gagnants. Variant les zones, les longueurs et les effets à l'envi, elle a forcé sa rivale à courir, ce que la Tchèque déteste par-dessus tout. Létale avec son coup droit lifté "nadalien", la Polonaise a aussi remarquablement couvert son terrain, répondant aux rares accélérations adverses par des remises bombées intelligentes. Tant et si bien que Pliskova, malgré sa puissance indéniable, n'a pu frapper que... 5 coups gagnants. Une misère.
Passée à un point de l'élimination en huitième de finale face à Barbora Krejcikova (encore comme un certain Nadal contre Denis Shapovalov, décidément), Swiatek a brillamment saisi sa seconde chance pour accomplir une montée en puissance irrésistible. Nouvelle impératrice à Rome, elle compte bien défendre sa couronne à Paris et a montré qu'elle en avait les moyens. Pour ceux qui l'auraient oublié, elle y avait glané son premier (et seul jusqu'ici) titre en Grand Chelem sans perdre le moindre set. Tel l'ouragan qui a balayé le court central du Foro Italico et Karolina Pliskova ce dimanche.
Wimbledon
5 ans après, Pliskova retrouve l'ivresse d'une finale de Majeur
08/07/2021 À 16:26
Wimbledon
Pliskova et Kerber foncent vers le dernier carré
06/07/2021 À 13:43